Votre oeil vous a trompé

Lorsqu’on observe des fresques  sur les murs extérieurs, comme à Montréal et à Sherbrooke, on s’étonne parfois du réalisme de l’œuvre. Artistiquement, elles ne valent pas celles de Bruxelles, mais parfois la profondeur de champ est telle qu’on croirait faire face à une scène réelle.

    Trompe l'oeil. Wikipedia Andrea Mantegna
Trompe l’oeil. Wikipedia Andrea Mantegna

Cet effet d’illusion s’appelle le trompe-l’œil. Peu d’artistes arrivent à le maîtriser, semble-t-il. Mais saviez-vous que cet effet d’illusion est utilisé en décoration intérieure?

 


Selon Wikipédia, «le trompe-l’œil tend à restituer le sujet avec la plus grande vérité possible, principalement en donnant l’illusion du relief. Pour y parvenir, le peintre n’utilise qu’une profondeur restreinte et le contraste d’un premier plan clair se détachant sur un arrière-plan sombre».

Observez bien le plafond de la chambre sur la photo. On jurait qu’une ouverture est pratiquée dans le toit.  Le ciel semble réel.

L’idée d’avoir peint des hommes et des femmes regardant vers le bas accentue l’effet d’illusion. Le spectateur a vraiment l’impression d’être  au fond d’un puits et de se faire observer par des gens appuyés sur le rebord. La voûte s’élèverait à sept mètres de hauteur.

La pièce s’appelle « La chambre des époux ». Elle se trouve en Italie, au palais ducal de Mantoue, dans la région de Lombardie.

L’artiste Andrea Mantegna a mis plusieurs années à créer cette illusion parfaite vers 1470, au cœur de la Renaissance.

On ne voit que la partie supérieure du trompe-l’œil. La fresque comprend des montagnes, des agrumes, la famille du marquis de l’époque et sa cour et d’autres motifs. Wikipédia explique: « L’idée principale de la décoration est de donner l’impression d’être sur une terrasse, au sommet d’une tour, ouverte des quatre côtés, entourée d’une balustrade et de piliers portant des arcades. »

Les puits de lumière n’existant pas à l’époque, le marquis  pouvait s’estimer chanceux d’avoir sous la main un artiste comme Mantegna. Comme de raison, le marquis recevait les invités de marque dans la Chambre des époux. Une façon comme une autre d’exposer la supériorité de sa cour. De plus, le trompe-l’œil assurait au marquis et à sa famille un passage direct dans l’histoire
Non, le marquis et sa femme ne dormaient pas dans cette chambre. L’appellation «Chambre des époux» évoque de nombreux mariages qui s’y sont déroulés dans les années 1600.

Un tremblement de terre a secoué ce coin d’Italie en mai 2012. Une fissure est apparue sur la fresque. La Chambre des époux a donc été fermée aux touristes.

Inutile de chercher un trompe-l’œil aussi parfait sur les murs d’un bungalow de Laval, de Drummondville, de Gatineau ou de toute autre municipalité québécoise. Mais peut-être que, quelque part, un artiste inconnu a réalisé un trompe-l’œil valant le déplacement. Si oui, le propriétaire du bungalow peut se vanter de posséder une décoration unique au monde.

Références: Sélection du Reader’s Digest, Le saviez-vous? Mille et une histoires vraies et insolites 1992,  384 pages
Wikipedia français à l’article Trompe-l’œil
Wikipedia français à l’article La Chambre des époux

*Photo de Wikipedia Adrea Montegna

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone