Vive le barbecue!

iStockphoto
iStockphoto

Le gars était tout fier de m’apprendre qu’il allait suivre des cours de cuisine. Il songeait à devenir chef.

-Cool, lui ai-je dit, et vers quelle cuisine vas-tu te diriger? En quoi veux-tu te spécialiser?

-Le barbecue.

-Pardon?

-Je suis sérieux, je veux faire de la cuisine barbecue.

J’ai cru un moment qu’il blaguait. J’ignorais que la cuisine barbecue était considérée comme une spécialité. Je ne suis pas friand de cette cuisine-là, donc je me tiens moins au courant. Le gars, lui, en bouffait  tous les jours.

Par contre, je connais l’engouement pour le barbecue au Québec. Vous vous souvenez de mon histoire avec l’immigrant de Colombie? Je vous l’ai racontée il y a quelques années. L’homme venait tout juste d’arriver au Québec. Il avait hâte de se faire des amis, mais ce n’était pas facile. Un jour, je me pointe chez lui. Il était en train de monter un barbecue. Curieux, je lui ai demandé pourquoi il avait acheté ça. Sa réponse m’avait stupéfié. On lui avait dit que s’il voulait se faire des amis au Québec, il n’avait qu’à s’acheter un barbecue. Les amis suivraient rapidement. Le barbecue fait vraiment partie des habitudes culturelles des Québécois. Ses vertus sont multiples.

En fouinant à la bibliothèque du quartier, je suis tombé sur un tas de livres concernant le barbecue. C’est fou le nombre de bouquins qui s’écrivent sur le sujet! Du coup, je me suis rappelé l’immigrant colombien et le gars qui voulait devenir chef cuisinier en barbecue.

Curieux, j’ai feuilleté quelques livres. L’un d’entre eux m’a fait remonter au temps de la Préhistoire en mentionnant que les êtres humains de l’époque ont flirté avec le barbecue en pratiquant la cuisson sur de la braise. Ou, si vous voulez, le barbecue tel qu’on le connaît aujourd’hui n’est que le prolongement de la cuisine primitive.

D’où vient le mot barbecue? Deux hypothèses. La première veut que le mot soit une déformation de l’expression «barque à queue» qui désigne la cuisson d’un animal embroché de la barbe à la queue. La deuxième retient  la grille de bois sur laquelle les habitants des Caraïbes cuisaient leur viande. On  appelait la grille barbacoa.

J’ai appris également que le barbecue épouse les cuisines étrangères : Asie, Europe de l’Est, Amérique du Sud. Le barbecue rapproche-t-il les peuples?

Voici en vrac quelques-uns des bouquins que j’ai consultés.

-Le barbecue, collection Les petites Encyclos, édition Gründ,  2007, 304 pages (barbecue américain, Europe centrale et de l’Est, région de la Méditerranée, Asie, recettes  et autres sujets)

-L’art du barbecue sur planche, Ted Reader, Le Broquet, Ottawa, 2008, 127 pages (l’auteur propose 70 recettes fumantes sur planches de bois et aborde d’autres sujets:  où trouer et acheter les planches, les espèces de bois,  l’art de faire tremper les planches et de les aromatiser, conseils de sécurité et de cuisson, etc.)

Barbecue pour réveiller le roi du grill en vous, collection Malins plaisirs, Louis-Karl Tremblay, les éditions Les Malins, Montréal,2011,  93 pages.

Barbecue entre amis, Dormonval, France, 2008, 178 pages ( quel type de barbecue choisir : charbon de bois, gaz, électrique, les effets sur la santé, l’art de créer une ambiance, décoration appropriée)

Photo : iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone