iStock

Faut-il bannir le vinyle?

Parmi les matériaux qui dégagent des gaz néfastes pour la santé, à savoir les composés organiques volatils (COV), figure le PVC, ou si vous voulez, le vinyle.

Le vinyle est très populaire. Il est moins cher que la plupart des autres matériaux, il est d’entretien facile et son degré de conductivité est faible. Voilà pourquoi on le retrouve partout: revêtement extérieur, recouvrement de plancher intérieur et extérieur, stores, gouttières, portes et fenêtres, etc. La liste s’allonge.

iStock
iStock

Le vinyle est désavantagé dès le départ par rapport aux matériaux naturels car sa fabrication est énergivore. De plus, elle exige du pétrole et de nombreux produits chimiques. Le vinyle était jusqu’à tout récemment le plastique le plus utilisé en construction. Comme la plupart des plastiques, il est honni par les environnementalistes purs et durs.

Faut-il bannir le vinyle de nos maisons? Il y a longtemps que des organismes sérieux comme des instituts de santé, des chercheurs scientifiques du monde entier et les environnementalistes débattent de la question.

Tous s’accordent pour dire que, si aucune preuve scientifique n’est venue confirmer les soupçons, il est préférable de faire preuve de retenue. Dans l’intervalle, de nouvelles études nous parviendront même si quantité d’études ont déjà été menées sur le sujet.

Reste que certains spécialistes recommandent d’éviter le vinyle pour l’isolation des portes et des fenêtres. D’autres le bannissent carrément, peu importe l’utilisation.

Une exposition trop longue à une forte concentration de PVC risque de provoquer plusieurs dysfonctionnements ou maladies : cancer, problème d’infertilité, asthme et allergies, troubles de développement. Ce sont les hypothèses en cours.

iStock
iStock

Chose certaine, il faut éviter de paniquer. D’abord, les fabricants n’ont pas le choix. S’ils veulent vendre leur produit, ils sont dans l’obligation de s’adapter aux exigences du consommateur. J’ose imaginer qu’ils doivent mener des travaux pour tenter de diminuer la quantité de produits toxiques que comprend le vinyle, ou les remplacer par d’autres. Ensuite, il vous reste une carte dans votre jeu, celle d’ouvrir vos fenêtres pour aérer le plus souvent possible, histoire de diminuer la concentration de PVC.

Rappelez-vous que c’est le temps d’exposition au produit qui est fatal, peu importe le polluant.

 

Photos : iStock

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone