Viens que je te pique

Connaissez-vous l’art traditionnel japonais ikebana? Si oui, saviez-vous qu’il semble y avoir un lien entre l’art de recevoir et l’art de créer un ikebana? Entre la reconnaissance et l’art de lâcher prise?

Ikebana de Joe Mabel sur Wikipedia

Il y a une dizaine d’années, j’ai été initiée à cet art lors d’un cours sur les fondements de la créativité à l’Université de Montréal, donné par Monique Vallée. Elle expliquait le rituel entourant la création d’un ikebana.

D’abord, il s’agit d’installer une petite assiette (vase) juste assez profonde pour immerger un pique fleurs[1] sur lequel les invités fixent un élément de la nature qu’ils ont apporté. L’assiette est placée dans l’entrée de la maison ou de l’appartement sur une console ou une tablette, etc.

L’élément naturel peut être une branche, une tige, une feuille, une fleur, de la mousse, une pierre, une algue, une racine ou autres éléments trouvés dans la nature environnante.

Chaque invité se laisse guider par son instinct et place son cadeau de la nature de façon la plus naturelle possible pour former un ikebana. La symétrie n’a pas sa place. Habituellement, les éléments pointent vers le ciel. L’air doit « circuler » entre les éléments.

Jusque là, vous vous dites qu’il n’y a rien de spécial. Attendez la fin de la journée. Les éléments de l’ikebana sont retournés à la nature. On les dépose dans le cours d’eau le plus près pour qu’ils puissent suivre le courant de la vie après qu’on leur ait témoigné notre reconnaissance pour avoir embelli notre demeure avec les éléments représentant la vie.

Mme Vallée signalait que, selon la pensée ikebana, on ne garde pas d’éléments morts dans la maison, comme des fleurs qui sècheront et accumuleront de la poussière. Le ki[2] doit circuler et respecter le cycle de la vie. Sans chercher à s’approprier quoi que ce soit. Avec cette pensée, il devient plus facile de lâcher prise.

Nous sommes loin de nos traditionnels bouquets de fleurs séchées.

Selon Wikipedia, l’ikebana, aussi appelé kadô, est la « voie des fleurs ou l’art de faire vivre les fleurs ».  L’ikebana est un arrangement linéaire et met en valeur chaque élément incluant le vase, les tiges, les feuilles, la fleur, l’eau… L’accent est mis sur des symboles du ciel, de la terre et de l’humanité à travers trois piliers : l’asymétrie, l’espace et la profondeur.

On y apprend que « les branches de pin symbolisent les pierres et les rochers, et le chrysanthème blanc, une rivière ou un ruisseau ».

On ne sera pas surpris d’apprendre que l’ikebana fait partie au Japon des cérémonies de thé, des fêtes, etc.

Finalement, « L’ikebana c’est surtout savoir observer les plantes et savoir les approcher. À leur contact, une conversation intime se noue. L’ikebana enseigne ce langage et permet à chacun de devenir artiste avec une branche» – comme le résume si bien Kiszshi, École Shinenshu (Wikipedia)

Avec l’aide de Wikipedia français : article Ikebana

Source photo : Ikebana de Joe Mabel (Wikipedia anglais CC attribution-Share) :


[1] Regardez le pique-fleurs au fond du vase sur la photo.

[2] Ki : notion essentielle de la culture sino-japonaise qui désigne un principe fondamental formant et animant l’univers et la vie (Wikipedia)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone