iStock

Le verre matériau du futur

L’avenir n’appartient pas seulement aux écomatériaux. Le verre en est la preuve éclatante.

Au départ, c’est-à-dire il y a des siècles et des siècles, le verre était peu transparent et peu résistant. Les progrès de la science ont permis au verre de gagner en transparence et en solidité. C’est pourquoi la fabrication du verre exige beaucoup d’énergie car le degré de transformation est élevé. Elle dégage du CO2, des métaux lourds et des gaz polluants en quantités industrielles.

Le verre est donc loin derrière le bois, la pierre, la terre ou la paille en termes de matériaux écologiques. Par contre, il devance de beaucoup les bêtes noires des écologistes que sont le PVC, l’aluminium et même l’acier.

Cela dit, le verre a deux atouts qui compensent largement son côté mouton noir. Premièrement, il est le seul matériau qui laisse pénétrer la nature à l’intérieur de nos maisons, nous permettant de baigner dans le soleil même en hiver. De quoi plaire aux purs et durs de l’écologie. Deuxièmement, la taille de nos maisons étant appelée à diminuer sous les pressions démographique et écologique, le verre sera abondamment utilisé pour «agrandir» les espaces de l’intérieur.

iStock
iStock

De plus, le verre est non toxique, durable s’il est bien entretenu et recyclable à l’infini, ce qui est déjà beaucoup. De nombreux objets en verre sont fabriqués à partir de verre recyclé.

Selon Écohabitation, le recyclage du verre traîne de la patte au Québec, mais il y a de l’espoir. On a commencé à utiliser une poudre de verre pour diminuer la proportion de ciment, matériau polluant, dans la fabrication du béton qui devient ainsi plus écologique. Il est même plus durable, plus résistant et plus imperméable que le béton classique.

Donnée importante : une tonne de verre ajoutée dans le ciment réduit d’une tonne les gaz à effet de serre.

Ce béton renfermant de la poudre de verre se retrouve dans près d’une vingtaine de succursales de la Société des alcools du Québec, dans certains trottoirs du Quartier des spectacles, près du Musée des Beaux-arts, près de la Maison du développement durable et dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, à Montréal.

Toujours selon Écohabitation, la firme Jansen Industrie a construit un premier mur antibruit de béton renfermant de la poudre de verre. Il est situé à Boucherville, le long de l’autoroute 20. Il comprend 230 blocs de béton et 53 000 bouteilles (25tonnes) sous forme de poudre de verre.

Le verre est promis à un bel avenir.

 

Photos : istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone