Une ruche sur votre toit

Imaginez-vous en train de déguster votre propre miel. Mieux: vous faites des dégustations de miel entre amis. Ne riez pas. Plusieurs hôtels et lieux publics hébergent des ruches urbaines sur leur toit : l’Opéra de Paris; le théâtre de Merlan à Marseille, un hôtel du centre-ville de Toronto. Pourquoi pas vous?


À Hong Kong, l’organisme HK Honey multiplie les ruches urbaines partout en ville. À New York, il y en aurait autour de 400 à ce jour signalent les Urbainsculteurs sur leur site.

Plus près de nous: l’Université du

Jeanne Charbonneau, directrice de Vire-Vert et Raphaël Fort apiculteur : Photo de Sylvie Branch de l’Hebdo Journal

Québec à Montréal héberge des ruches urbaines ; Vire-Vert et l’apiculteur Raphaël Fort ont installé une vingtaine de ruches au centre-ville de Trois-Rivières. «Ce projet est une façon de lutter contre la chute de la biodiversité dans le monde puisqu’on sait que 11 % des espèces vont disparaître d’ici 2050», déclare Jeanne Charbonneau, directrice de Vire-Vert à l’Hebdo Journal.
Même son de cloche à Québec. La Miellerie de Champlain collabore avec l’Hôtel Marriott, l’Hôtel du Vieux Québec, l’Hôtel Best Western, le Centre des congrès à Québec. À Cap Rouge, le restaurant Chic Alors! fait bon chic bon genre en sucrant le bec de ses clients avec ce sirop des dieux.
Depuis quelques années, on entend les abeilles crier : Au secours! Les pesticides, insecticides, OGM et les monocultures ont fait chuter radicalement la population d’abeilles sur notre planète. Au Québec, on compte 64 % moins de ruches que par le passé.
Pas chanceuses, les abeilles se font pourchasser en plus par les humains qui les confondent avec leurs cousines, les guêpes. Ce sont les guêpes les «méchantes». Sachez que les abeilles ne s’agglutinent pas dans les poubelles, elles sont végétariennes. Elles ont de la classe les abeilles, elles butinent les fleurs, toutes les fleurs qu’elles rencontrent sur leur passage. Grâce à elles, nos jardins produisent davantage et nous mangeons des pommes, des tomates, des cerises… Enfin, 40 % des aliments que nous mangeons proviennent indirectement ou directement du travail des abeilles par la pollinisation. Au Québec, 75 % du miel est importé! Ce ne sont pas les abeilles qui devraient crier «Au secours!» C’est nous!
Une seule ruche peut accueillir de 50 à 60 000 abeilles et produire au mois d’août de 75 à 80 litres de miel selon les années. Un passe-temps payant à la maison! Sans oublier que vous pourriez ouvrir un salon d’apithérapie car le miel de bonne qualité et bien contrôlé est un agent antiseptique qui aide à la cicatrisation révèle le site de la Fédération des apiculteurs du Québec.
Vous êtes convaincus. Vous désirez vous lancer dans cette aventure tout miel. Vous hésitez entre la cour ou le toit pour l’installation de votre ruche? Stop! Lisez notre billet «Avant de vous lancer dans l’apiculture citadine» du 8 septembre 2011, car une mauvaise connaissance du sujet pourrait au contraire tuer les abeilles!
Sources : les Urbainsculteurs (Miellerie de Champlain); la Fédération des apiculteurs du Québec; Wikipedia; l’Hebdo Journal; Youtube.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone