Une maison voyage de Paris au cœur de la jungle

Il y a l’homme de fer (série de télé américaine), la Dame de fer (Margaret Thatcher), le rideau de fer, les portes de fer (gorge sur le Danube). L’immobilier n’est pas en reste puisqu’il nous offre la maison de fer.

La «Casa de fierro»  se trouve en pleine jungle, dans les rues de la ville d’Iquitos au Pérou. Les murs, le plafond et le balcon sont en fer. D’autres alliages de métaux auraient été utilisés.

La longue galerie, qui fait toute la façade, et les nombreuses arcades permettent de mieux ventiler l’immeuble aux prises avec les chaleurs tropicales. Le guide de voyages Ulysse décrit la maison comme une bâtisse étrange. Difficile de le contredire. L’architecture est plutôt banale. C’est l’aspect du fer qui donne à l’immeuble un cachet particulier.

La légende veut que le bâtiment soit la première maison préfabriquée érigée dans les deux Amériques. Comment s’est-elle retrouvée au cœur de la jungle? Et d’où provient-elle? L’histoire est plutôt rocambolesque.

Nous sommes dans les années 1800. Les inventions successives des Goodyear, Dunlop et Michelin conduisent à l’utilisation du caoutchouc pour la fabrication des pneus. C’est la ruée vers le caoutchouc. La matière est obtenue à partir du latex qu’on extrait de la sève de l’hévéa, un arbre commun au Pérou. Le pays connaît alors un boom économique car il abrite le monopole de la nouvelle industrie avec le Brésil.

Des hommes font fortune. On les appelle les barons du caoutchouc. L’un d’eux se trouve par hasard à l’Exposition universelle de Paris en 1889. Il tombe sur une maison de fer démontable. Qui est l’architecte? Nul autre que Gustave Eiffel, celui qui a conçu la tour qui porte son nom. Eiffel voulait vendre ses maisons démontables aux fonctionnaires d’Europe vivant dans les colonies à travers le monde. Eiffel n’était pas seulement architecte et ingénieur civil, il était aussi un homme d’affaires.

Revenons au baron du caoutchouc. Il achète la maison et décide de l’expédier par bateau jusqu’au Pérou. On démonte la maison, on dépose les pièces dans le bateau et on remonte la jungle une fois en Amérique. On dit qu’une centaine d’hommes ont participé au transport de la maison de fer.

Au Pérou, le propriétaire juge la maison trop grande. Il la divise en deux. Une moitié se retrouve à Iquitos et recevra le nom de la Casa de fierro. L’autre moitié, érigée plus loin, finira oubliée, faute d’entretien. Mais certaine de ses pièces ont été recyclées au marché central.

source : Wikipedia. Casa de Fierro. Diver Dave

La maison a été achetée et vendue plusieurs fois depuis son érection en 1890. Aujourd’hui, elle abrite un café et pique la curiosité des touristes.

C’est un voyageur rencontré dans un autobus qui nous a parlé de la maison de fer de Gustave Eiffel au Pérou. « C’est quelque chose à voir et à toucher », nous a-t-il dit.

Sources : Wikipédia français à l’article Casa de fierro ; Journal Iquitostimes ; Pérou. Guide Ulysse,  collection Le plaisir de mieux voyager, 2008, 352 pages ; Gustave Eiffel de Daniel Brémond, éditions Perrin, 2002, 502 pages.

Source photo : Wikipedia, Casa de fierro par Diver Dave. Creative Common Attribution-Share Alike.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone