Une fois à tous les cent ans!

Les attractions touristiques de la Ville de Québec ont le don de nous surprendre. De Paul Mc Cartney à Céline, du Moulin à images aux fouilles archéologiques sous la terrasse Dufferin, c’est maintenant au tour de la réfection du toit de cuivre original du Château Frontenac qui date, tenez-vous bien, de 1893! Il sera refait de A à Z.

Vous vous demandez peut-être ce qu’ils feront du vieux cuivre ? Il revivra sous les doigts agiles de nos artistes québécois.

Sculpteurs, peintres, photographes, artistes vont s’amuser à manipuler ces pièces vertes chargées d’histoire pour créer des œuvres d’art symboliques. Ils s’appellent entre autres Jean Gaudreau, Linda Covit, Yann Perreau et même notre Gilles Vigneault national.

J’ai hâte de voir ça ! L’organisme Unis Vert l’Art qui chapeaute ce projet communiquera sous peu les dates d’exposition de ces œuvres.

Revenons au Château voulez-vous.

On se rappelle qu’en 1985, l’arrondissement historique du Vieux-Québec, où s’élève le Château, a été inscrit sur la liste des biens du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Vous vous doutez que tout a été mis en place afin de réduire l’impact qu’auront les travaux sur le tourisme.

«À titre d’exemple, une immense toile trompe-l’œil à l’image même du toit du Château sera déployée pour couvrir la surface de la toiture et le remplacement du toit s’effectuera par sections, en semaine, dans le but de restreindre les désagréments liés au bruit.»

Facture : 7,5 millions $ !

On apprend dans le communiqué que ces travaux n’auraient pu être réalisés sans l’investissement de SITQ : une filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

«Il était primordial de procéder rapidement à la réfection du toit pour assurer que le Château Frontenac demeure dans un état optimal, dans l’intérêt de tous ses visiteurs et des touristes qui se rendent à Québec chaque année. Ces travaux représentent une nouvelle page d’histoire pour Le Château, car ils se produisent une seule fois par siècle. » a mentionné le directeur du Château Frontenac, Robert Mercure.»

Pour plus d’information : www.unisvertlart.com et www.fairmont.com/fr/frontenac.

Quand on dit que tout n’est qu’une question de perception. Qui aurait cru que des travaux de rénovation pourraient devenir un attrait touristique qui nous éblouira malgré le bruit, la poussière et peut-être même les engorgements!

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone