Un trois minutes entre la vie et la mort

Vous allez peut-être sursauter, maisdeux Québécois sur trois sont mal préparés si jamais un incendie se déclarait chezeux. C’est du moins ce que soutient l’Association des chefs en sécuritéincendie du Québec (ACSIQ) à la suite d’un sondage.

« Plus de quatre Québécois surcinq admettent ne pas avoir pratiqué d’exercices d’évacuation en cas d’incendieà leur domicile dans la dernière année et que 63 % des Québécois admettent nepas avoir du tout de plan d’évacuation mis au point », lit-on dans lecommuniqué de presse.

Aux yeux de l’ACSIQ, c’estinacceptable!  

« Quand l’alarme d’un avertisseurde fumée se met à sonner, tous les membres de la famille doivent savoir où serendre et comment réagir, » soutient Michel Morin, directeur général del’ACSIQ. « Il n’y a pas de temps pour l’incertitude. Le fait demettre au point et de pratiquer un exercice d’évacuation en cas d’incendie peutsauver des vies et les Québécois doivent être mieux préparés. »

« Nous savons qu’à partir dumoment où l’alarme d’un avertisseur de fumée se met à sonner et le point où unembrasement généralisé rend toute évacuation impossible, il s’écoule maximumtrois minutes, » déclare Carol Heller, une spécialiste de sécurité à lamaison chez Kidde Canada. « Étant donné que la plupart des incendies sedéclenchent la nuit alors que nous sommes endormis, la réaction rapide et calmede toute la famille après avoir entendu l’alarme de l’avertisseur de fumée estencore plus critique. Ce type de réaction – qui offre une probabilité plusélevée de survie – ne peut survenir que si un plan d’évacuation a été mis surpied et pratiqué par toute la famille. »

Si vous n’avez pas de plan d’évacuation,vous pouvez en télécharger un à l’adresse www.securitealamaison.com/exercice/ C’est gratuit.

Des jeux et d’autres conseils sur la protectioncontre les incendies sont aussi disponibles sur le site www.securiteincendieduracell.com.

Selon l’ACSIQ, le feu aurait fait unesoixantaine de victimes au Québec en 2009.

Le dernier mot appartient à Duracell, l’undes commanditaires du sondage : « Ensemble, toutes les famillesdoivent s’assurer que leur domicile dispose d’assez d’avertisseurs, que lespiles soient changées au moins une fois par an et que tous les détecteurssoient changés au moins tous les 10 ans. »

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone