Un trip écolo extrême!

                                        

 

On peut vivre un trip écolo à la ville, c’est sûr, mais à la campagne, le plaisir est, comment dire, plus extrême! Car souvent la forêt nous entoure. 

J’ai une amie qui se fait construire une maison à St-Élie d’Orford, en Estrie. Derrière la maison s’étend un bois. Qu’en fera-t-elle? Elle y aménagera un sentier qui reliera sa maison à celle d’une amie. Et elle y fera apparaître d’autres petits sentiers. Et elle fera de l’ornithologie. Et le chien pourra courir à sa guise. Cela s’appelle aller dans le sens de la nature. 

Dans le dernier billet, je vous ai suggéré de laisser la végétation gagner votre terrain au chalet et de laisser à la ville ce qui appartient à la ville. La tonte du gazon par exemple. Une fois la tonte du gazon abandonnée, herbes folles et fleurs sauvages reprendront leur territoire. Cela ne vous empêche pas d’y mettre votre grain de sel et d’y planter un peu partout des vivaces comme des échinacées ou des hémérocalles.

Pour aider le rivage d’un cours d’eau à se regénérer, on peut y planter des arbustes adaptés aux sols humides. Un expert dans un centre horticole vous suggérera probablement des espèces comme le cornouiller, le myrique baumier et l’aulne. Esthétiquement parlant, on dit des merveilles de l’iris versicolor et de la sagittaria latifolia. Il y  a aussi le kalmia, le rhododendron et l’amélanchier.

Loin du cours d’eau, en terrain moins humide, l’expert vous proposera peut-être des arbres comme le bouleau et l’érable. Non, il n’est pas trop tard pour planter. Même septembre s’y prête. Suffit de bien doser l’arrosage.  

Peut-être que l’expert ira jusqu’à vous conseiller d’aménager un marais filtrant (voir photo), une alternative intéressante à la fosse septique, qui permet l’épuration des eaux et la dépollution des sols à l’aide de nénuphars, de roseaux et de lotus.        

Et ce que j’ai appris tout dernièrement, c’est que de plus en plus de chalets en voie de se construire se dotent d’un système de récupération d’eaux de pluie.

Toute cette foi écologique renferme un avantage séduisant pour les plus indolents d’entre nous, soit le moins d’entretien possible, donc plus de temps pour relaxer et s’amuser.

Une fois votre coup de pouce à la nature donné, accoudez-vous à la fenêtre et regardez la faire son oeuvre. 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone