iStock

Un défi pour le rénovateur

L’application du béton comme élément décoratif ou simple isolant exige savoir-faire, minutie et une patience illimitée. Vaut mieux souvent compter sur l’appui d’un professionnel. Mais si vous préférez le faire vous-même par plaisir, vous serez gâté.

Voici quelques conseils.

  • Mis à part les planchers de bois trop souples, pratiquement tous les sols peuvent recevoir un revêtement de béton du moment que le support soit adéquat et la surface bien préparée pour éviter fissures et apparition de bulles d’air.
  • Le béton peut s’obtenir par coulage ou par la pose de dalles, même murales.
  • Approprié pour la salle de bain et la cuisine, le béton se défend plutôt bien dans la salle de séjour et la chambre à coucher.
  • Se rabattre sur un même béton pour l’ensemble des pièces d’un seul étage permet de réaliser des économies.
  • Le béton brossé (donc rugueux) est un antidérapant, donc utile pour l’entrée et les zones fréquemment empruntées par les personnes âgées.
  • Le béton coloré s’obtient de plusieurs façons. Il est soit teinté dans la masse avant l’application, soit coloré en surface, soit peint. Pigments naturels ou synthétiques et résine de couleur font partie des produits utilisés. La coloration demande par contre une série d’essais avant l’application définitive.
  • Renseignez-vous sur les fameux bétons fibrés à ultra-hautes performances (BFUP). Ils sont puissants et écologiques.
  • Il existe des panneaux décoratifs évoquant le béton pour les murs, à moins de les couvrir vous-même avec du mortier.
  • Un béton clair et lisse au sol augmente la luminosité dans une pièce car il reflète la lumière naturelle.
  • Si vous optez pour un plan de travail en béton dans la cuisine, une couche de finition, vernis ou cire acrylique, va doubler la protection du béton poli et faciliter son nettoyage.
  • Pourquoi ne pas rattacher la table au plan de travail ou au comptoir dans la cuisine à l’aide du béton, incluant l’évier?
  • Le béton fibré se prête bien aux escaliers.
  • Certains bétons réclament un traitement hydrofuge et oléofuge, ou pour boucher leurs pores.
  • Il fut un temps où de nombreux rénovateurs ont regretté d’avoir opté pour le béton. Trop d’ignorance a conduit à d’importantes bévues. Ce n’est plus le cas aujourd’hui avec la masse d’informations disponible sur le Web et ailleurs.
iStock
iStock

Quant aux bétons ultra écologiques, voici ce qu’en dit le bouquin Matériaux sains cité plus bas.

Le béton cellulaire se compose de sable, de ciment, de chaux, de poudre d’aluminium et de 80% d’air. Il est très léger. Il fait honneur à l’habitation écologique puisque la fabrication n’exige pas de produit chimique, donc aucun polluant dans l’atmosphère, et consomme peu de matières premières et d’énergie.

Utiles pour les murs extérieurs et à titre de dalles de planchers autoporteuses, le béton cellulaire sert aussi à monter cloisons et murs porteurs à l’intérieur de la maison. Le rénovateur le découpe avec une scie égoïne et assemble les blocs avec du mortier-colle.

En briques ou en blocs, le béton de chanvre est léger et se coupe facilement. Pour monter une cloison, le rénovateur fixe une lisse au sol sur laquelle il étend une couche de mortier. Une plinthe cache la base une fois le mur érigé. Des équerres unissent le plafond et le mur dans la partie supérieure. Une couche de mortier remplit le joint de dilatation.

Avant de nous laisser, accordez une attention particulière aux trois ouvrages cités ci-dessous. Vous aurez tout ce qu’il faut pour vous lancer dans l’aventure du béton ou, au contraire, la poursuivre.

Références

  • Le béton dans la déco, plus de 90 réalisations, Massin, Marie-Pierre Dubois-Petroff, 2011, 95 pages
  • Bricoler sain pour vieux vivre chez soi, sous la direction de Marcel Guedj, Fleurus, 2009, 253 pages
  • Béton et décoration, Isabelle Bonte, photographies Éric Thierry, Fleurus, 2009

Photos : iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone