Un chalet au fond de la cour

 

Ils sont nombreux l’été à se permettre la fantaisie de dormir dans une tente à l’arrière de la maison. Surtout en période de canicule! Mais pouvoir s’offrir un chalet dans sa cour arrière, douze mois par année, c’est un luxe que peu de personnes peuvent se permettre. À moins de se montrer débrouillards et passionnés de méditation et de vie champêtre.

C’est le cas d’un couple du village de Saint-Anselme, au sud de Québec, tel que rapporté par la journaliste Lise Fournier.

En lisant l’article, vous apprendrez tout sur Gérard Bilodeau, entrepreneur en construction, qui s’est bâti un chalet en bois à peu de distance de la maison qu’il habite avec sa compagne Gabrielle Corriveau.

Le couple ne savait que faire d’une vaste cour de 20 000 pieds carrés. Seule une piscine creusée occupait l’espace. En apparence adeptes du cocooning, Gérard et Gabrielle ont décidé de créer une espèce de chemin menant tout droit à un pavillon en bois. L’invité circule de la piscine creusée jusqu’au chalet en passant par un bosquet où un hamac prend ses aises. Un étang à poissons se trouve à proximité.   

Le pavillon servant de chalet mesure 12 par 14 pieds. Il est alimenté en eau et en électricité. Le coût : 15 000$ sans la main d’œuvre. Gabrielle Corriveau déclare se sentir ailleurs, même si le chalet se trouve au fond de sa cour.

En lisant l’article, vous en apprendrez davantage sur la motivation du couple, le nouvel aménagement de la cour arrière et le style de décoration retenu pour le pavillon.

Et puis, on dit qu’une image vaut mille mots!   

(Source : Lise Fournier, L’expérience concluante du chalet-jardin des Bilodeau, édition 2 juillet 2009)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone