Trois hausses du taux d’intérêt en 2018

Récemment, les économistes de RBC avaient prévu quatre hausses du taux d’intérêt. La première devait clore 2017. Les trois suivantes devaient se produire en  2018. S’ils se sont trompés pour 2017, le taux n’ayant pas bougé, ils soutiennent leurs prévisions pour 2018.

iStock
iStock

Ces hausses du taux d’intérêt viendront compliquer davantage la vie de ceux et celles qui font des pieds et des mains pour s’offrir leur première propriété. Selon RBC, l’accès à la propriété s’est aggravé à Montréal, mais de façon moindre par rapport à des villes comme Toronto, Vancouver et Victoria.

Au cours du troisième trimestre de 2017, la mesure globale d’accessibilité à la propriété a augmenté pour un neuvième trimestre consécutif. Elle se situait à 48,7%. Cela ne s’était pas vu depuis 1990. Comme l’expliquent les économistes de RBC, «l’accessibilité à la propriété est calculée comme la part du revenu des ménages qui serait requise pour soutenir les coûts de propriété au prix du marché. Une augmentation de la mesure représente une diminution de l’accessibilité à la propriété. Bref, plus le pourcentage est élevé, plus le coût d’accès à la propriété est élevé.

Ces données sont tirées du rapport trimestriel Tendances immobilières et accessibilité à la propriété publié par Recherche économique RBC.

Déclaration de Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef de RBC : «Si la détérioration des conditions d’accessibilité à la propriété a été généralisée partout au pays, l’évolution des marchés de Vancouver, de Toronto et de Victoria a eu des répercussions majeures sur la scène nationale.  Ces trois marchés ont été les seuls à présenter une plus mauvaise mesure d’accessibilité que la moyenne nationale.»

Photo:  istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *