iStock

Trimestre record à Montréal

C’était de plus en plus probable. C’est maintenant réalité. La grande région de Montréal a connu un deuxième trimestre record pour la période d’avril à juin 2017 grâce à une hausse de 8% par rapport à la même période l’an dernier.

Voici les statistiques intégrales provenant de la banque Centris et publiées par Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM).

Ventes

  • Avec 13 764 transactions conclues, le marché immobilier résidentiel de la RMR de Montréal a établi un nouveau record de ventes en dépassant les 13 727 transactions enregistrées au deuxième trimestre de 2009.
  • La copropriété a affiché la plus forte augmentation des ventes (+17 %), avec 4 487 unités. Il s’agissait, pour cette catégorie, d’un record des ventes pour un deuxième trimestre.
  • Les ventes de maisons unifamiliales et celles de plex (2 à 5 logements) ont aussi connu des augmentations considérables, de 4 % et de 9 % respectivement.
  • Tous les principaux secteurs géographiques ont enregistré une hausse d’activité : Vaudreuil-Soulanges (+27 %) et l’île de Montréal (+12 %) ont connu, pour un deuxième trimestre consécutif, les plus fortes augmentations à ce chapitre, suivies de Laval (+6 %), de la Rive-Sud (+4 %) et de la Rive-Nord (+3 %).

Prix

  • Le prix médian des trois catégories de propriétés a crû de manière soutenue au deuxième trimestre. À l’échelle de la RMR, l’unifamiliale a enregistré la plus forte progression, soit de 7 %, pour atteindre 318 000 $. Le prix médian des copropriétés s’est élevé de 3 % pour s’établir à 245 084 $, et celui des plex, de 4 %, à 480 000 $.
  • Le prix médian des unifamiliales s’est élevé de manière marquée dans chacun des grands secteurs, variant de +5 % sur la Rive-Nord (267 250 $) et à Vaudreuil-Soulanges (295 000 $), à +7 % sur l’île de Montréal (445 000 $) et sur la Rive-Sud (305 000 $). La croissance du prix médian des maisons à Laval (322 000 $) était quant à elle de 6 %.
  • Du côté de la copropriété, le secteur de Vaudreuil-Soulanges a présenté la plus forte appréciation, de 5 %, la moitié des unités s’étant vendues à plus de 179 350 $.

Inscriptions en vigueur 

  • Les diminutions successives des inscriptions en vigueur contrebalancent les nombreuses hausses survenues depuis quelques années, de sorte que l’offre de propriétés à vendre est revenue aux niveaux observés au printemps de 2012.
  • L’offre de maisons unifamiliales et de plex a diminué de 19 % et de 16 % respectivement, tandis que celle de copropriétés s’est repliée de 8 % par rapport à l’année dernière.
  • Les inscriptions en vigueur ont reculé pour un septième trimestre consécutif, avec 27 838 propriétés à vendre dans la RMR de Montréal, soit 14 % de moins qu’à la même période en 2016.
  • Les ventes de résidences haut de gamme ont eu leur mot à dire, comme l’explique Mathieu Cousineau, président du conseil d’administration de la CIGM. « La demande de résidences haut de gamme est restée soutenue ce printemps dans le marché montréalais : les ventes de propriétés de 500 000 $ et plus ont bondi de 31 % par rapport à la même période en 2016, et celles de 700 000 $ et plus, de 40 %, avec 871 ventes. Depuis 12 trimestres, ce segment affiche une meilleure performance que l’ensemble du marché. »

 

Photo : iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page