Traiter le bois au naturel

Le bois naturel, c’est écolo, mais il faut le traiter si nous voulons le garder beau longtemps, surtout si les boiseries doivent affronter les rigueurs du climat à l’extérieur. À l’intérieur, un parquet à nu peut se révéler dangereux pour des raisons évidentes.

Vous avez toujours l’option d’acheter un parquet préfini, ce qui vous épargne les désagréments de la finition: travail manuel, odeur du produit utilisé, longue attente avant de poser le pied sur la surface.

Si vous décidez de traiter le bois vous-même, de préférence, évitez les produits synthétiques au profit des produits naturels, comme du vernis sans solvant par exemple. Ne jouez surtout pas avec votre santé. Un produit toxique peut dégager des vapeurs nocives pendant plusieurs mois même si votre nez ne les décèle pas.

iStock
iStock

Il existe quatre grands types de produits de finition concernant le bois : le vernis, la laque, l’huile et la cire.

Le vernis reste à la surface du bois. Son rôle est donc strictement protecteur. Parfait pour les meubles, applicable pour les parquets. Par contre, une fois qu’il faudra le renouveler, armez-vous de patience car il vous faudra poncer toute la surface.

La laque procure de la couleur au bois. Celui-ci changera donc d’aspect. Les veines entre autres disparaîtront. La laque offre trois finitions : mat, satiné et brillant. Elle est utile pour toutes les boiseries, intérieures et extérieures, sauf les parquets. Pour obtenir un effet transparent, optez pour la lasure. Vous obtiendrez une nouvelle teinte sans perdre les veines. Mais il faudra la renouveler à tous les cinq ans environ.

L’huile est conçue uniquement pour l’intérieur. Il y a l’huile de surface qui convient au parquet en raison de son rôle protecteur. Il y a l’huile pénétrante qui fait éclater la beauté du bois d’où son utilisation pour les portes, les fenêtres, les murs, les panneaux esthétiques. Suffit d’appliquer une couche aux endroits où l’huile s’use le plus vite au cours des années et voilà, l’entretien est fait.

Pour l’intérieur, il y a la cire qui s’applique par-dessus une huile d’imprégnation. Mais elle s’use rapidement. Et si vous vous tournez vers un autre produit, faudra enlever toute la cire usée.

À tous ces produits de finition s’ajoutent des sous-produits. Laque à l’huile et laque à l’eau, vernis aux résines et vernis à l’eau, l’huile de chanvre, la cire de carnauba, l’huile de ricin, l’huile de soja.

L’huile de lin et la cire d’abeille entre autres sont recommandées pour l’entretien du parquet et de l’escalier, puis le glacis à cire pour les murs et le plafond.

Pour un travail bien fait, abstenez-vous de court-circuiter les étapes. Observez les règles de base: magasiner suffisamment avant de fixer son choix, s’informer de l’entretien que nécessitera tel ou tel produit en fonction de son degré de patience, faire les travaux de préparation avant l’application des couches d’un produit de finition et dans le temps requis, respecter la période de séchage entre la pose de chaque couche.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès d’un ébéniste ou du quincaillier du coin. La plupart sont sensibles aujourd’hui à la question écologique. Sinon, internet regorge d’informations sur le sujet.

En ce qui nous concerne, nous vous recommandons l’ouvrage de Bruno Gouttry si vous avez un faible pour les livres. Il s’impose parmi toutes les références que nous avons consultées.

Références:
J’entretiens mes boiseries (volets, parquets, meubles…) Bruno Gouttry, Terre vivante, 2012, 94 pages

http://www.consoglobe.com/lasure-ecologique-cg/2

http://blog.laboutiquedubois.com/entretien-du-bois/entretien-bois-cire-huile-lasure-vernis/

Photo : iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone