iStockphoto

Un thème décoratif par pièce

Il faut trois atouts pour gagner à ce jeu: la carte de l’audace, la carte de l’imagination et la carte budgétaire. Si vous disposez des trois, pourquoi ne pas jeter les cartes sur table immédiatement?

La carte budgétaire vous échappe? Limitez-vous à une seule pièce. Peut-être deux. Le plaisir sera aussi grand.

On dit que les Américains aiment jouer à ce jeu décoratif. Graceland, la propriété d’Elvis à Memphis, est l’exemple le plus populaire malgré le côté kitsch.

La Jungle Room avec son atmosphère safari, le fauve comme couleur dominante et la peau d’un félin sur le sol a fait le tour des magazines. Tout comme la salle de billard où sofa, murs et plafond partagent le même motif, ce qui donne une décoration touffue et monochrome.

À Bruxelles, le resto Cook and Book n’y va pas de main morte. L’établissement se divise en neuf librairies avec un thème décoratif propre à chacune d’entre elles. C’est signe que les idées foisonnent.

Toujours à Bruxelles, le bar Smoods, situé à l’hôtel du Bloom, a joué ses atouts de façon admirable. Le client traverse sept ambiances différentes dans tout l’établissement: la passion, le safari, le bling bling, la bibliothèque, le bazar, le printemps et le Flower Power.

iStockphoto
iStockphoto

Ouvrons une parenthèse. Le bling bling est un concept européen qui fait un retour en force. L’objectif est d’attirer l’œil à n’importe quel prix. Exemples: un rideau de faux diamants ou un assortiment de couleurs disparate. C’est du tape-à-l’œil qui renferme parfois une bonne dose d’humour. Fermons la parenthèse.

Vos chances de mettre les pieds à Bruxelles sont minces ? Rien ne vous empêche de vous inspirer d’un de ces thèmes pour passer à l’action. Soit en le faisant vous-même, soit en invitant parents et amis pour leur demander-comment ils voient la pièce selon le thème choisi, soit en faisant appel à un designer.

Que feriez-vous pour faire fleurir le printemps sur vos murs à longueur d’année? Pour évoquer le Flower Power des années 60? Pour faire vivre l’esprit d’un bazar du Proche-Orient? Pour illustrer le thème de la passion?

Voici d’autres idées. À vous de leur donner un élan créatif.

Pourquoi ne pas inviter amis et parents à prendre le thé dans une pièce à l’allure victorienne? Imitez les Britanniques! Meubles en acajou, fenêtres drapées de dentelles et fauteuil en velours.

Le look BiederMeier n’est pas à négliger: canne et chapeau haut de forme accrochées à la patère, secrétaire, ombrelle, montre de poche, servante en bois, fleurs séchées, candélabre en argent, perles, papier peint fleuri, miroir sur pied, bol à café coloré en porcelaine. Bref, le meilleur de Vienne des années 1800.

L’atmosphère du bord de la mer fera plusieurs heureux: hamac, rideaux en coquillages, matelas en paille, meubles en osier, mosaïque de galets, bateau miniature, kayak suspendu. Ne manque que la structure de bois avec l’eau qui ruisselle dans un mouvement perpétuel.

La culture pop des années 60 trouvera preneur chez les boomers: fauteuil en plastique, affiches du Pop art, couleurs en abondance, tapis coco ou à motifs abstraits, table ronde en mélamine, de l’inox à profusion, papier peint avec motif en spirale, vêtement et bottes de vinyle.

La culture de l’Inde avec ses coussins chatoyants, ses poufs, ses traversins, ses couleurs chaudes et ses tissus qu’on retrouve partout à Montréal doit être considérée. Tout comme celle du Japon.

Les mégapoles ont de quoi fournir un thème décoratif à elles seules: New York, Paris, Londres, Venise, Mexico.

D’autres suggestions d’idées dans le billet D’autres thèmes décoratifs

Références :

Bruxelles surprises 500 coups de cœur, Derek Blyth, Mardaga, Bruxelles, 2013, 251 pages

Bords de mer, entre architecture et décoration, Noëlle Bittner, Éditions de La Martinière, Paris, 2013, 223 pages

Meubles et décors des années 60, Anne Bony, éditions du Regard, 2004, 223 pages

Photo : iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone