Terrains de golf pour courtiers

La sonnette d’alarme a été tirée il y a près de vingt ans. Des observateurs de l’univers du golf avaient noté que les inscriptions s’essoufflaient. Certains propriétaires de terrains commençaient à se montrer inquiets. Aujourd’hui, plusieurs clubs de golf ferment leurs portes. Pour les courtiers immobiliers, ce sont de nouveaux bâtiments qui s’ajoutent dans leurs carnets de vente.

iStock
iStock

Le déclin de l’industrie du golf est en partie attribuable aux circonstances démographiques. Autrefois un sport réservé à l’élite, le golf a été démocratisé par les boomers. Il est devenu accessible à la classe moyenne, d’où la ruée vers le golf à l’époque.

Sauf que les membres de la génération X n’ont pas suivi, les membres de la génération Y encore moins. Plusieurs explications ont été avancées:

la pratique du golf devenait de plus en plus dispendieuse, les loisirs des générations X et Y sont dix fois plus nombreux que ceux de l’époque des boomers et la prise de conscience environnementale a mal fait paraître les terrains de golf, souvent traités aux pesticides et autres produits chimiques. Sans compter le redoutable Internet qui a bouleversé les habitudes de vie de la planète.

Récemment, le journal Les Affaires rapportait la mise en vente du club de golf Le Drummond à Saint-Majorique. Prix : 2 millions de dollars. C’est Via Capitale qui a hérité de la tâche de trouver un acheteur.

Denis Girard, courtier chez Via Capitale: «Ce n’est pas évident à vendre, mais toutes sortes de clientèles peuvent être intéressées. Il y a même des gens de l’hôtellerie qui sont venus visiter.» Il précise que le prix est négociable.

Dans le même article, Guy Bousquet, propriétaire du club Le Monty, également situé à Drummondville, avance des données surprenantes: «Je ne crois pas que j’exagère en disant qu’il y a seulement 1 % des clubs de golf qui sont rentables au Québec, 20 % arrivent juste et les autres sont des OSBL», dit-il.

En tout cas, c’est un nouveau terrain pour courtiers ambitieux qui veulent varier leur parcours.

Photo: istock.com

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone