Archives pour l'étiquette ville

iStock

Qui prend maison prend quartier

Cela se produit souvent. Un propriétaire heureux de son acquisition finit par désenchanter. La propriété lui déplaît? Au contraire! Le problème, c’est le quartier, les voisins, les services publics. Avant l’achat, le propriétaire avait jugé inutile d’explorer le quartier. Danger!

Tout excité d’avoir trouvé la propriété désirée, on se dépêche à signer de peur de la perdre. De l’autre côté, le vendeur est bien content de vendre, surtout s’il a obtenu le prix qu’il voulait. Sans penser mal, il sera porté à exagérer les avantages. Aller au centre-ville de Montréal? Trente minutes (en réalité c’est le double). La station de métro la plus proche? Dix minutes à pied gros maximum (en autobus oui). Et ainsi de suite.

L’acheteur et le vendeur sont fébriles, ils coupent court, ils se créent des illusions. On veut croire ce qu’on veut croire. C’est normal. Continuer la lecture

iStock

Pour courtiers affamés

Le journaliste Marc-André Sabourin brosse un portrait complet du marché de l’immobilier au Québec dans la revue Actualité, édition avril. Toutes les régions de la province sont passées à la loupe et l’avenir du marché passe au crible de l’analyse.

Titre de l’article: Beau temps pour acheter!

Si vous préférez la version papier, dépêchez-vous de mettre la main sur le magazine avant que l’édition ne disparaisse.

Dès le départ, la courtière de Via Capitale à Matane, Joanne Gagné, donne le ton à l’article. Elle raconte avec un brin d’humour la ruée des boomers vers les propriétés le long du fleuve dans la région du Bas St-Laurent, de la fin des années 1990 jusqu’au milieu des années 2000. Aujourd’hui, c’est la ruée à l’envers. Ces boomers se hâtent de vendre leurs propriétés pour retourner dans les grands centres urbains. Vous aurez deviné pourquoi : Continuer la lecture