Archives pour l'étiquette verre

Découpe et briques de verre

iStock
iStock

Il est préférable qu’un professionnel effectue la découpe d’une surface de verre. Par contre, un excellent bricoleur peut la réaliser, à condition qu’il fasse preuve de prudence.

Voici des conseils en vrac.

  • Enfilez des gants et des lunettes protectrices.
  • Découper une surface de verre exige beaucoup de précision. Le trait doit se faire d’un seul coup, sous une pression uniforme. Il vaudrait mieux multiplier les exercices avant de commencer le travail définitif.
  • Exercez-vous avec le coupe-verre afin de le manier de façon habile. Le propriétaire de l’outil ou le marchand vous indiquera comment le tenir correctement. Ou même une vidéo sur YouTube.
  • Il faut au préalable humecter les outils (coupe-verre ou molette) avec du pétrole.
  • Installez un tissu ou autre matière entre la table et la surface de verre à découper.
  • Vous tracez un trait rectiligne le long d’une règle à l’aide d’un crayon feutre, vous imbibez la ligne tracée avec du pétrole puis vous cassez la ligne entamée d’un léger coup de doigt ou de jointure.
  • Pour un trait circulaire, on utilise une tournette à ventouse munie d’une molette qui fonctionne comme un compas. La manœuvre demande davantage de précision.
  • Une fois le trait cassé, en guise d’abrasif, on frotte une pierre de Carborundum, qu’on a pris soin d’humecter avec du pétrole, le long du tracé.
  • Pendant que nous y sommes, si vous devez percer une surface de verre avec une perceuse électrique, prenez soin de fixer une matière autour de l’endroit à percer, que vous fixerez bien solidement, car le forêt aura tendance à déraper.

Continuer la lecture

iStock

Le verre matériau du futur

L’avenir n’appartient pas seulement aux écomatériaux. Le verre en est la preuve éclatante.

Au départ, c’est-à-dire il y a des siècles et des siècles, le verre était peu transparent et peu résistant. Les progrès de la science ont permis au verre de gagner en transparence et en solidité. C’est pourquoi la fabrication du verre exige beaucoup d’énergie car le degré de transformation est élevé. Elle dégage du CO2, des métaux lourds et des gaz polluants en quantités industrielles.

Le verre est donc loin derrière le bois, la pierre, la terre ou la paille en termes de matériaux écologiques. Par contre, il devance de beaucoup les bêtes noires des écologistes que sont le PVC, l’aluminium et même l’acier. Continuer la lecture

iStock

Le verre ce grand magicien

Maître de l’illusion, du reflet et de la transparence, générateur de fraîcheur et de pureté, capteur de lumière, briseur de frontières, le verre est un matériau fascinant. Les professionnels de la déco ne s’en privent pas.

Un bon moyen de mesurer le pouvoir du verre, c’est de doter une pièce d’une porte-fenêtre ou d’une fenestration généreuse. Tout est clair tout à coup.    L’espace s’élargit, la lumière inonde la pièce, l’ambiance devient joyeuse.

Le verre est un matériau qui aime conquérir l’espace. Dépassant les ouvertures murales, il se répand dans toute la maison: plancher de verre (briques ou pavés), escalier en verre, mobilier en verre, cloisons et portes intérieures vitrées. Des maisons entières se sont converties au verre. Elles sont transparentes, d’un mur extérieur à l’autre, à 80% de la superficie.

iStock
iStock

Le verre fait danser les reflets, ce qui ajoute à la gaieté des lieux. Les reflets naissent des plus petits objets, du bibelot au miroir. Et la danse devient frénétique si des surfaces de métal, de pierre polie, de laque ou autre matière réfléchissante participent à la fête. Continuer la lecture

iStock

Chaud au naturel

Il contribue à la protection de la couche d’ozone. Il est entièrement renouvelable. Durable? La question ne se pose même pas. Des constructions parmi les plus vieilles du monde doivent leur longévité à ce matériau. Et que dire de sa vocation décorative! Le bois nous épate siècle après siècle.

On dit souvent que la nature nous fournit les plus beaux matériaux décoratifs: bois, pierre, bambou, ardoise. Peut-être parce qu’ils sont bruts, authentiques, sans artifices. À l’heure de l’habitation écologique et de la décoration naturelle, ils sont plus populaires que jamais.

iStock
iStock

Avant la vogue écologique, le bois était vu comme un matériau traditionnel qui arrivait à durer dans le temps. Pourquoi? Parce qu’il n’a pas son pareil pour réchauffer une ambiance. Sa seule présence fait revivre les cuisines de nos grands-mères, appelle l’heure du thé ou la rêverie devant les bougies. Pas étonnant que les adeptes de ce que les anglophones appellent le peace home apprécient le bois.

Le bois a la couenne dure. Il a résisté à toutes les révolutions dans la décoration. Le contemporain a même fini par l’adopter. Suffit de tourner les pages des bibles de ce style décoratif pour le constater. Le bois y est omniprésent. Continuer la lecture

Design moderne et bouleau jaune

Grande Bibliothèque, Wikipedia Khayman
Grande Bibliothèque, Wikipedia Khayman

À la Grande Bibliothèque du Québec, coin Maisonneuve et Berri à Montréal, les agents de sécurité déambulent dans l’édifice durant leur quart de travail. On les voit circuler dans le hall d’entrée, les salles de lecture et de travail, les espaces réservés aux expositions, la section Collection nationale, le laboratoire des langues et ailleurs.

«Coudons, vous êtes partout vous, aujourd’hui! Je vous croise depuis ce matin», ai-je dit un jour à une agente de sécurité. Elle ouvrit les bras très grand: «Mais c’est ma maison ici!», dit-elle avec un large sourire.

Elle n’est pas la seule à éprouver ce sentiment, croyez-moi. Un tas de gens passent pratiquement tout leur temps à la Grande Bibliothèque. Faut dire que le design est drôlement apaisant avec son côté sobre, clair et moderne. Continuer la lecture