Archives pour l'étiquette vente

Montréal, Québec, Canada (photo iStockphoto LP)

Être propriétaire à Montréal

Les nouvelles tombent en cascades sur l’état de la ville de Montréal depuis l’automne dernier. Toutes ces données sont susceptibles d’influencer le marché immobilier au cours des prochaines années. Pour ceux et celles qui veulent acheter ou vendre une propriété, ces données peuvent se révéler utiles: moment de l’achat ou de la vente, fixation du prix, etc. Continuer la lecture

iStock

Comment négocier l’achat d’une propriété


« Il n’y a jamais qu’un seul prix. À chaque propriété sont associés un prix plancher et un prix plafond », résume Patrick Juanéda, président de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ). D’un côté, le vendeur souhaite conclure une transaction en recevant le montant le plus près du prix plafond. De l’autre, l’acheteur désire débourser une somme se rapprochant du prix plancher. Deux solitudes inconciliables? Pas du tout. Il est tout à fait possible de trouver un terrain d’entente, et c’est ce que devrait faire une bonne négociation.

Cerner la bonne affaire

« Le prix est toujours négociable, dit M. Juanéda. On chiffre la marge de réduction moyenne entre 2 à 3 %. »

L’expert en immobilier insiste néanmoins sur le caractère unique de chaque situation : « Si une propriété est affichée au “bon prix” (près du prix plancher) et qu’elle est localisée dans un marché actif (celui des maisons unifamiliales autour de 300 000 $, par exemple), même une surenchère n’est pas impossible. Est-ce qu’on voudra perdre notre chance pour quelques milliers de dollars? »

Inversement, une propriété sur le marché depuis plus de six mois et autour de laquelle l’activité a été faible permettra une plus grande marge de manœuvre.

Identifier ces divers scénarios est donc la base de toute négociation. Un courtier immobilier qualifié a l’expérience et l’instinct pour guider un acheteur. Autrement, il faut avoir navigué dans les fiches de propriétés à vendre du secteur et en avoir visité plusieurs pour développer son flair. Continuer la lecture

Seul le courtier peut le faire

Quand la télévision s’est répandue sur la planète dans les années 50, on avait prédit la mort du théâtre. Pourquoi se déplacer alors qu’on pouvait voir et entendre des gens dialoguer au petit écran, bien installés chez soi? Or, le théâtre a survécu.

Quand Internet s’est répandu dans le monde au tournant des années 90, on avait annoncé la mort du livre. Cela semblait évident. Or, non seulement le livre n’est pas mort, mais il est apparu plus nécessaire que jamais.

Quand Facebook et les autres réseaux sociaux ont pris l’humanité d’assaut, on avait annoncé un «crash» dans les relations humaines. C’est le contraire qui s’est produit. Les gens se voient davantage qu’avant.

La résistance du théâtre, du livre et des relations humaines s’explique par un seul facteur: ils possèdent des forces qui leur sont propres. Bref, ils sont irremplaçables. Et cette évidence prend de la force année après année.

iStock
iStock

Le courtier immobilier passe à travers cette phase actuellement. Les sites consacrés à l’immobilier et les sites de ventes se multiplient sur le web. Mais le courtier est toujours là. Son utilité devient de plus en plus claire à mesure que la concurrence se corse. Les exemples abondent.

En voici un. Continuer la lecture

Élémentaire, mon cher Watson!

iStock
iStock

Vous avez ciblé les rénovations à réaliser pour obtenir le prix que vous désirez pour votre propriété. Vous avez trouvé un courtier qui vous inspire confiance. L’équipe est donc en place. Vous planterez bientôt l’écriteau «À vendre» sur le terrain.

Bien entendu, vous avez songé à l’essentiel. Sinon, tout ce que vous avez fait jusqu’à maintenant aura été inutile. Se pourrait-il que certains d’entre vous plissent le front en se demandant: «C’est quoi au juste, l’essentiel?»

Quand ma mère rend visite à quelqu’un pour la première fois, elle se fait un devoir de scruter les coins de chaque pièce. Si les coins ont le malheur d’être sales ou négligés, le verdict est terrible: le propriétaire est un malpropre. Les murs ont beau être impeccables, les meubles et tout le reste, le propriétaire est un malpropre. Ou plutôt, il est propre mais en surface seulement. Pas bon signe. Le malheur, c’est que plusieurs personnes ressemblent à ma mère. Elle n’est pas seule. Continuer la lecture

iStock

Le piège de la réno excessive

Vous mettrez bientôt votre propriété en vente. Or, des travaux de réno s’imposent. Vous êtes arrivé à cette conclusion soit par votre propre expérience, soit par le jugement de l’inspecteur à qui vous avez fait appel, soit par le jugement du courtier immobilier qui sera à vos côtés jusqu’au moment de la vente de votre propriété.

Arrive le moment de la question qui tue. Parmi ces travaux à exécuter, lesquels sont susceptibles de faire grimper le prix de vente? Continuer la lecture