Archives pour l'étiquette REER

iStock

Maximiser votre épargne avec un minimum d’effort

Voici une stratégie qui permet de maximiser l’épargne, avec un minimum d’effort sur un cycle de 2 à 3 ans.

Sophie Sylvain, planificatrice financière chez Desjardins, vous propose la cascade payante, une stratégie qui permet de maximiser l’épargne, avec un minimum d’effort sur un cycle de 2 à 3 ans.

Voici un exemple qui illustre cette approche (calculé selon l’imposition d’un salarié gagnant 55 000 $ par année). Rien ne vous empêche de faire l’exercice avec une somme moindre.

La cascade payante

  • 2015 : Vous investissez 3 000 $ dans Capital régional et coopératif Desjardins (CRCD).
  • 2016 : Vous investissez immédiatement le crédit d’impôt obtenu du gouvernement provincial (45 %) dans votre REER, soit 1 350 $.
  • 2017 : Votre cotisation au REER vous procure un remboursement d’impôt d’environ 518 $, somme que vous versez à votre CELI.

Résultat : l’investissement de 3 000 $ vaut maintenant 4 868 $, sans même tenir compte du rendement obtenu sur les placements.

Les parts de CRCD sont un placement trop risqué pour vous ?

iStock
iStock

Amorcez la cascade avec 3 000 $ de cotisation à votre REER, puis versez le remboursement d’impôt (1 151 $ environ) à votre CELI. Vous obtiendrez un total de 4 151 $ en deux ans investi à l’abri de l’impôt.

Petite variante si vous avez un ou des enfants mineurs: au lieu de contribuer à votre CELI, versez le tout dans un REEE, afin de profiter des subventions gouvernementales.

Pour plus d’information sur l’épargne, visitez www.desjardins.com/particuliers/epargne-placements/.


Gilles Drouin | Journaliste
Source :
www.desjardins.com/coopmoi

Photo : iStock

iStock

Mise de fonds et assurance : attention!

Constituer une mise de fonds suffisante pour acheter une maison est un exercice de discipline qui n’est pas donné à tout l’monde. Beaucoup bûchent longtemps sans jamais y arriver. Parfois, c’est une série de circonstances qui rend l’exercice impossible.

Il existe une alternative : la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL). Continuer la lecture

L’art de constituer une mise de fonds

Vous avez raté le bateau. Encore une fois. Vous n’avez pas réussi à amasser suffisamment d’argent pour constituer la mise de fonds nécessaire à l’achat de votre maison. La banque se montre exigeante, et vous, vous commencez à douter de votre capacité à mettre de l’argent de côté.

iStock
iStock

Albert Einstein disait que la folie, c’est d’utiliser toujours le même moyen pour atteindre un but sans jamais y parvenir. En termes clairs, il faut changer de méthode.

Il y a plusieurs façons de constituer une mise de fonds. Pourquoi n’en prendre qu’une seule? Vous pourriez en combiner deux, trois, quatre et atteindre votre but. Continuer la lecture

Rembourser l’hypothèque ou cotiser au REER?

Il est bon d’établir un équilibre entre le remboursement du prêt hypothécaire et l’investissement dans le REER. Voici pourquoi.

Dans un monde idéal, rembourser entièrement son prêt hypothécaire avant de cotiser à un REER serait une approche avantageuse. Cela demanderait, bien sûr, une discipline de fer.

En effet, après le dernier remboursement de votre prêt hypothécaire, il faudrait mettre de côté le même montant par mois pour investir dans votre retraite. Pas évident!

Shutterstock (Desjardins)
Shutterstock (Desjardins)

Une autre stratégie consiste à cotiser de façon importante à son REER avant d’acheter une maison. Encore une fois, cela a des conséquences. Acheter une résidence, c’est une décision qui dépasse l’aspect financier; c’est un choix de vie que vous ne voulez peut-être pas trop retarder. Cela dit, le REER auquel on a contribué tôt peut permettre d’être propriétaire plus rapidement avec l’aide du Régime d’accession à la propriété (RAP).

C’est pourquoi, la plupart du temps, il est bon d’établir un équilibre entre le remboursement du prêt hypothécaire et l’investissement dans le REER. Et ce, même si les taux de rendement sur les REER sont plus bas que les taux de l’emprunt hypothécaire. Continuer la lecture

Le REER et le CELI : à chacun leurs objectifs

Le régime enregistré d’épargne-retraite (REER) et le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) sont deux produits d’épargne qui ont chacun leurs objectifs et leurs avantages. Lequel s’avère le plus avantageux en fonction de votre situation?

iStockphoto
iStockphoto

Quand favoriser le REER?

Le REER est souvent utilisé afin d’accumuler des économies à l’abri de l’impôt en vue de la retraite. L’imposition des rendements est reportée jusqu’à ce que les sommes soient retirées du régime, généralement à l’âge de la retraite. Il s’agit d’un excellent moyen d’épargner une partie de votre salaire afin de combler le manque à gagner à votre retraite. De plus, les cotisations peuvent être déduites du revenu imposable, ce qui peut entraîner, dans certains cas, un remboursement d’impôts.

Le REER est spécialement avantageux si le taux d’imposition lors du retrait est inférieur au taux de déduction lors du dépôt initial. C’est le cas pour la majorité des gens qui cotise à des REER, puisqu’il est fréquent que leurs revenus à la retraite soient moindres que pendant leur vie professionnelle active. De plus, le REER peut être admissible à d’autres programmes connexes, tels que le Régime d’accession à la propriété (RAP).

Quand favoriser le CELI? Continuer la lecture