Archives pour l'étiquette prix

iStock

Vendre sa maison rapidement

Ne pas attendre de faire le tour des quatre saisons pour vendre sa propriété et, de surcroît, décrocher le prix désiré. C’est le rêve de tout propriétaire qui veut vendre sa maison. Comment y parvenir? Voici un aperçu.

  • Le prix demandé doit être raisonnable dès le départ. L’exagérer dans l’espoir de faire un gros profit est la pire chose à faire. Tous les professionnels vous le diront: une propriété qui tarde à se vendre fait peur aux acheteurs. Ils finissent par se détourner.
  • Un truc classique pour fixer le prix consiste à obtenir celui des maisons environnantes si jamais elles appartiennent à la même catégorie que la vôtre. Cette manière de procéder comporte des limites. Les maisons de la rue ont beau se ressembler, vous n’avez aucune idée de leur historique, de leur état général à l’intérieur comme à l’extérieur, des travaux de rénovation apportés au cours des années.
  • L’évaluation municipale donne aussi un reflet du prix à demander, mais elle a aussi ses limites.
  • Évitez de vous fier à votre seul jugement pour fixer le prix. Et si la maison valait davantage que vous ne le pensiez? À l’autre extrême, soyez réaliste. Votre maison n’est pas un château.
  • Le courtier immobilier est hautement qualifié pour déterminer le prix de vente pour des raisons évidentes. Par contre, l’avantage de faire affaire avec un évaluateur agréé est que vous vous retrouvez avec un rapport qui deviendra un atout dans votre stratégie de négociation avec le futur acheteur.
iStock
iStock
  • Une fois que vous aurez fixé le prix demandé, déterminez le prix minimum au bas duquel vous refuserez de descendre.  Le courtier immobilier vous aidera dans cette démarche. Continuer la lecture
iStock

Le marché immobilier souffrira

Pour en avoir le cœur net sur l’impact des nouvelles règles du gouvernement fédéral en matière d’hypothèque sur le marché immobilier, la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) a mené une analyse sur la situation. La conclusion? Le marché immobilier ralentira à court et à moyen terme, aucun doute là-dessus.

Paul Cardinal, directeur – analyse de marché, à la FCIQ, explique : Continuer la lecture

iStock

Surévaluation : les évaluateurs réagissent

L’écart s’accentue entre la progression des prix des logements et le pouvoir d’achat des Canadiens. Les prix augmentent alors que le revenu disponible personnel et la croissance démographique n’arrivent pas à suivre. Conséquence : la menace d’une surévaluation plane toujours dans la plupart des marchés au Canada.

Par contre, cette surévaluation et la construction excessive qui sévissent dans le marché devraient exercer une pression à la baisse sur la croissance des reventes, dont par ricochet sur les prix, ce qui devrait ralentir le nombre de mises en chantier.

Telle est la conclusion globale de deux rapports rendus publics la semaine dernière par la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) : celui portant sur l’évaluation du marché de l’habitation et celui portant sur les perspectives du marché de l’habitation. Continuer la lecture

iStock

Baisse continue des ventes au pays

Les ventes résidentielles ont chuté pour un troisième mois consécutif au mois de juillet, à l’échelle nationale, rapporte l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).

Voici les faits saillants rapportés textuellement:

  • Les ventes résidentielles réalisées à l’échelle nationale ont diminué de 1,3 % de juin à juillet.
  • Les ventes réelles (non corrigées des variations saisonnières) ont baissé de 2,9 % par rapport à juillet 2015.
  • Le nombre de maisons nouvellement inscrites s’est accru de 1,2 % de juin à juillet.
  • L’Indice des prix des propriétés (IPP) MLS® a augmenté de 14,3 % d’une année à l’autre en juillet.
  • En juillet, le prix moyen des maisons a haussé de 9,9 % à l’échelle nationale d’une année à l’autre; si on exclut le Grand Toronto et le Grand Vancouver, il a progressé de 7 % en un an.

Le président de l’ACI, Cliff Iverson, résume la situation comme suit: Continuer la lecture

iStock

La peur d’acheter trop vite

Pour beaucoup, acheter sa première maison est quelque chose qui retourne l’estomac. Inquiétude, stress, nervosité. Consolez-vous, vous êtes nombreux à vivre ces moments difficiles, mais incontournables.

Selon un sondage commandé par TD Canada Trust, 25% des acheteurs potentiels ont peur d’aller trop vite de crainte de perdre une occasion (25%), de perdre une guerre d’enchères (13%) ou de se retrouver sur la voie d’accotement (10%).

Jean-François Laurin,  directeur régional, est du Canada, spécialiste hypothécaire mobile, explique: Continuer la lecture