Archives pour l'étiquette peinture

iStock

La revanche de la chaux

Les agriculteurs la connaissent bien. Ils la répandent sur les murs de l’étable et autres bâtiments pour tuer les bactéries. Au Québec, on l’utilisait jadis à des fins décoratives. Supplantée un jour par le ciment, la chaux revient en force à cause de son pouvoir écologique.

La chaux tire son existence des roches calcaires. Comme celles-ci forment environ 20% de la croûte terrestre, le risque d’épuisement est minime. Si la chaux retournait à la terre après utilisation, l’impact sur l’environnement serait nul. C’est un matériau naturel, peu cher et ayant une durée de vie très longue. Continuer la lecture

iStock

Manier la truelle et la brique

Ériger une structure en briques, que ce soit à l’intérieur, au jardin ou dans la cour arrière, exige un minimum d’habileté. Il faut savoir faire preuve d’observation. Surtout lorsqu’il s’agit de réparations. Reste que de nombreux bricoleurs amateurs y sont parvenus.

Voici quelques indications de base à suivre, mais veuillez quand même vous renseigner auprès de quelqu’un qui a déjà manié la truelle. Pour le revêtement extérieur, seul un briqueteur professionnel peut le faire. Continuer la lecture

iStock

Un sous-sol écologique

Même le sous-sol n’échappe pas au concept de la maison durable. Si vous envisagez des rénovations à l’étage inférieur et que vous êtes sensibilisé à l’avenir de la planète, voici un très court résumé du chemin à suivre, selon les experts d’Écohabitation.

C’est le moment idéal pour procéder à un test de radon, ce gaz cancérigène dont on entend de plus en plus parler. Vous trouverez l’appareil de détection dans un grand centre ou chez un quincaillier. Si le taux est élevé, Écohabitation vous propose un système pour l’évacuation du gaz.

Sceller le chauffe-eau et les tuyaux de plomberie avec un matériau isolant permet de réduire de façon considérable vos factures reliées à la consommation d’énergie.

iStock
iStock

Privilégiez le gypse synthétique (recyclé) pour les murs et le plafond. Il est plus écologique que le gypse naturel. Continuer la lecture

iStockphoto

Rénover au lieu d’acheter

Criblés de dettes, incapables de suivre la courbe d’ascension du prix du logement au Canada, 48% de propriétaires canadiens ont décidé de procéder à des rénovations, comparativement à 37% l’an dernier.

Selon un sondage de la banque CIBC, les dépenses moyennes  en réno seront de 11 800$ (13 000$ en 2016), les moins élevées au cours des trois dernières années. Ces rénos touchent l’entretien de base : peinture, réfection des planchers, remplacement des électroménagers.

Autre donnée intéressante: 56 % des propriétaires qui visent des rénovations  ont mis un terme à leur premier projet qui était de vendre leur habitation pour en acheter une autre.

Voici d’autres données rapportées intégralement. Continuer la lecture