Archives pour l'étiquette logement

iStockphoto

De l’argent pour les 50 ans et plus

La Société d’habitation du Québec (SHQ) annonçait récemment que l’âge d’admissibilité pour avoir droit au soutien financier du programme Allocation-logement était désormais de 50 ans et plus, pour les personnes seules et les couples admissibles au programme. Cela pourrait aider l’un de vos locataires.

Voici les grandes lignes rapportées intégralement: Continuer la lecture

Mise de fonds exorbitante en Chine

(Ce billet est la suite du billet Le logement en Chine) Aucune possibilité de négocier pour l’achat d’une habitation en Chine. Le prix, souvent exorbitant, est défini d’avance. Propriétaires et promoteurs tiennent leur bout et préfèrent garder les logements vides au lieu de baisser les prix.

Comme nous l’avons déjà signalé sur ce blogue, l’une des conséquences est que des villes entières nouvellement construites sont désertes, les Chinois n’ayant pas les moyens de se payer le logement offert.

La mise de fonds pour acquérir une résidence oscille entre 30% et 50% de la somme totale pour un premier logement et jusqu’à 70% pour un deuxième logement.

Les auteurs du bouquin nous rappellent «qu’on n’est jamais propriétaire du bien qui est concédé pour une période établie sur l’acte de propriété et qui s’étend de 40 à 70 ans.»

iStockphoto
iStockphoto

Ce sont souvent les agences immobilières qui jouent le rôle de négociateur entre propriétaires et locataires, ces derniers disposant de peu de recours. Cela concerne la connexion à internet, la récupération d’une somme d’argent déposée en guise de dépôt ou même la recherche d’un logement. Dans les appartements huppés, c’est le propriétaire qui se charge de payer les frais de l’agence. Sinon, c’est vous et le montant équivaut à 35% du loyer mensuel. Qui a dit que le capitalisme était parfait? Continuer la lecture

iStockphoto

Hébergez-vous des voyageurs?

Le marché de la mise en location d’un logement entre particuliers serait en pleine expansion à Montréal, semble-t-il. Faites-vous partie du groupe? Si vous répondez par l’affirmative, attendez-vous à ce que les paliers gouvernementaux s’intéressent à vous sous peu.

La semaine dernière, le parti politique d’opposition Projet Montréal  appelait l’administration Coderre à encadrer le phénomène pour prévoir les dérapages.

iStockphoto
iStockphoto

«Les plateformes de location de logements entre particuliers peuvent comporter de nombreux avantages si elles sont bien encadrées. Elles favorisent notamment le tourisme et les retombées économiques dans les quartiers. Toutefois, le fait qu’elles ne soient pas encadrées actuellement est très problématique, car la Ville n’est pas en mesure de gérer les nuisances et de contrôler l’effritement du parc locatif», expliquait Guillaume Lavoie, conseiller de l’arrondissement Marie-Victorin, dans le communiqué de presse diffusé par le parti. Continuer la lecture

Des riches dans des HLM

iStockphoto
iStockphoto

Les HLM (habitation à loyer modéré) sont construits pour mettre un toit au-dessus de la tête des gens qui, temporairement ou à long terme, n’ont pas les moyens financiers de se payer une maison ou de louer un appartement dont le loyer échappe à leur budget.

En ce sens, les HLM appliquent l’un des articles de la Charte des Nations unies qui stipule que le logement est un droit fondamental et que tout être humain doit vivre sous un toit.

Je feuilletais récemment le bouquin Crise du logement qui fait état des problèmes de logement en France. Les auteurs abattent plusieurs mythes, identifient les causes de la crise, présentent des pistes de solutions et abordent la responsabilité des gouvernements.

Bref, c’est à lire pour ceux et celles qui s’intéressent à la problématique du logement en général.

Là où j’ai sursauté, c’est en lisant le chapitre Il y a trop de riches dans les HLM. Je me suis demandé si c’était de l’ironie. Une personne bien nantie peut-elle vraiment oser voler un appartement à un démuni? Continuer la lecture

Les propriétaires livreront bataille

Québec Solidaire tient mordicus à empêcher l’expulsion d’un locataire de son logement entre le 1er décembre et le 31 mars et  s’oppose à la reprise d’un logement  si une personne de 65 ans et plus l’habite.

Au regard de l’Association des propriétaires du Québec (APQ), le projet de loi déposé par Québec Solidaire est non seulement un manque de respect envers les propriétaires, mais un acte de discrimination.

iStockphoto LP
iStockphoto LP

À propos des personnes âgées et la reprise d’un logement, le président Martin Messier déclare : «Pourquoi un statut particulier en fonction de l’âge? La reprise de logement n’est pas uniquement faite pour soi-même ou un descendant, soit un fils ou une fille, mais également pour un ascendant. Il se peut même que ce soit pour y loger un parent âgé. Donc, Québec Solidaire veut empêcher une personne de 65 ans ou plus de demeurer dans un des logements de ses enfants, proches d’eux, pour permettre à une autre personne âgée d’y demeurer! Où est la logique et les protections des ascendants dans tout ça?» Continuer la lecture