Archives pour l'étiquette location

iStock

Vendre ou louer sa maison?

Cela arrive à plusieurs d’entre nous. Un décès survient, un changement au travail, un coup de foudre amoureux, des difficultés financières à venir ou, au contraire, le désir soudain de faire de l’argent rapidement, bref les circonstances sont multiples. On se retrouve à un carrefour où on doit décider si on vend notre maison ou si on la loue.

La louer apporte un nouveau lot de responsabilités : trouver de bons locataires, s’assurer que la maison est en ordre, répondre aux urgences, assimiler de nouveaux calculs fiscaux. Ce n’est pas dans le tempérament de tout l’monde.

Vendre est tellement plus facile, mais peut-être moins payant à long terme. Beaucoup moins payant. Et si on approche de la retraite, il faut prendre le temps de s’interroger car on vit beaucoup plus vieux de nos jours. Il faut davantage d’argent si on veut conserver un niveau de vie agréable. Continuer la lecture

Proprios et locataires réagissent

 Bail 2011-06 immobilierMême si la SCHL annonçait une hausse de 0,6% du taux d’inoccupation moyen des immeubles offrant trois logements et plus dans les centres urbains de 10 000 habitants et plus au Québec (lire billet Les logements vides se multiplient), le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) évoque une augmentation de 44% du prix du loyer depuis 2000 pour justifier sa réaction plutôt tiède.

«En l’absence d’un contrôle obligatoire et universel des loyers, un plus haut taux d’inoccupation est loin de garantir l’accessibilité à un logement bon marché. Les hausses abusives prennent à la gorge les ménages locataires, qui mettent en péril leurs besoins de base pour payer leur loyer», souligne Maude Bégin Gaudette, porte-parole du RCLALQ.

La hausse du nombre de condos mis en location ne trouve pas grâce aux yeux du RCLALQ. Continuer la lecture

iStockphoto

Hébergez-vous des voyageurs?

Le marché de la mise en location d’un logement entre particuliers serait en pleine expansion à Montréal, semble-t-il. Faites-vous partie du groupe? Si vous répondez par l’affirmative, attendez-vous à ce que les paliers gouvernementaux s’intéressent à vous sous peu.

La semaine dernière, le parti politique d’opposition Projet Montréal  appelait l’administration Coderre à encadrer le phénomène pour prévoir les dérapages.

iStockphoto
iStockphoto

«Les plateformes de location de logements entre particuliers peuvent comporter de nombreux avantages si elles sont bien encadrées. Elles favorisent notamment le tourisme et les retombées économiques dans les quartiers. Toutefois, le fait qu’elles ne soient pas encadrées actuellement est très problématique, car la Ville n’est pas en mesure de gérer les nuisances et de contrôler l’effritement du parc locatif», expliquait Guillaume Lavoie, conseiller de l’arrondissement Marie-Victorin, dans le communiqué de presse diffusé par le parti. Continuer la lecture

iStockphoto

Les Russes vivent en appartement

La Sibérie, les goulags, les froids polaires, les babouchkas à la mine sévère, la vodka qui coule à flots, les méchants tsars, les méchants communistes, le KGB, la mafia, la corruption, la xénophobie, l’homophobie, l’agression en Ukraine, voilà ce que le mot Russie évoque dans la tête de la plupart des gens. Du moins, c’est l’impression qu’on a.

Les Russes? Ils sont froids avec leurs yeux délavés. Ils sont antipathiques. Peut-être même cruels. Vaut mieux se méfier d’eux.

Tout ça n’est pas totalement faux, mais c’est loin d’être totalement vrai. D’abord, il y a la presse occidentale qui, de par la nature de son travail, ne nous rapporte que les mauvaises nouvelles venant de Russie. Ensuite, il y a l’intense propagande américaine contre la Russie depuis un siècle.

Mais surtout: qui d’entre nous compte un Russe dans son entourage? Un voisin, un ami, une connaissance de longue date avec qui on échange depuis des années.

Alors, gardons-nous une petite gêne et avouons-le: nous connaissons mal les Russes.

La journaliste Maureen Demidoff, elle, connaît bien les Russes. Continuer la lecture

Mégapole Anyang, Corée du Sud. iStockphoto

Résidence et prestige en Corée du Sud

On tient souvent pour acquis qu’ailleurs, ça se passe exactement comme ici dans le secteur de l’habitation. Que ce soit pour l’achat, la location, le courtage immobilier, l’ameublement.

C’est faux.

Lorsque j’ai terminé le chapitre portant sur le logement du bouquin Vivre la Corée, j’avais l’embarras du choix pour le titre de ce billet tellement les différences étaient frappantes. C’était surprise après surprise.

La Corée du Sud, c’est en Asie. Là-bas, la culture est complètement différente. Elle se rapproche plus du Japon que de l’Amérique ou de l’Europe. Nous sommes loin du bungalow nord-américain.

À force de fréquenter les clubs med dans les pays du Sud ou de limiter nos voyages à l’Amérique du Nord, il est normal de penser que tout est uniforme dans l’univers de l’habitation. Il faut se tourner vers les pays éloignés pour apprendre de nouvelles façons de faire.

Une mise au point s’impose: Continuer la lecture