Archives pour l'étiquette locataire

Un avocat à votre service

Vous avez des enfants qui deviendront bientôt locataires pour la première fois? Vous êtes un propriétaire qui, les enfants partis, a décidé de vendre la maison et d’aller vivre en appartement pour diminuer le fardeau des responsabilités?

iStockphoto
iStockphoto

Peu importe la raison de votre condition de locataire, le Barreau du Québec met à votre disposition un avocat qui répondra à toutes vos questions reliées à la signature d’un bail. Détail non négligeable : c’est gratuit. Et les propriétaires des immeubles locatifs peuvent aussi recourir à ce service.

Le numéro à retenir: 1-844-227-3790

Voici un aperçu des questions auxquelles l’avocat peut répondre: Continuer la lecture

iStock

Cession de bail et sous-location

Comme des milliers d’autres au Québec, vous êtes locataire et vous êtes sur le point d’acheter votre première propriété. Pas évident quand on a apposé sa signature au bas d’un bail. Il y a toujours une zone grise quand vient le moment de déclarer au locateur qu’on deviendra très bientôt propriétaire. Et qu’on doit quitter rapidement, malgré un bail en cours.

S’il y a entente entre vous et le locateur et que celui-ci se montre flexible et compréhensif, et surtout digne de confiance, le chemin est libre.

Pour les autres, la Régie du logement du Québec rappelle que, en ce qui a trait à la cession de bail ou à la sous-location d’un logement, il ne suffit pas dans bien des cas d’un simple avis de trois mois pour détaler, sauf pour certaines situations. Et même là, il y a des restrictions. Laissons la Régie s’expliquer: Continuer la lecture

Toujours plus de propriétaires

Il est de notoriété publique que le Québec est une province de locataires. Pour aider nombre de ces locataires à acheter leur première maison, la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) a soumis quatre idées au gouvernement du Québec.

iStockphoto
iStockphoto

Avant de les dévoiler, voici la déclaration de Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la FCIQ : «Compte tenu de l’importance qu’occupe l’immobilier dans l’économie du Québec, la FCIQ est d’avis qu’il est primordial que le gouvernement du Québec mette en place des mesures qui amélioreront l’accession à la propriété. Elles permettront également aux Québécois de combler une partie du retard historique qu’ils accusent au chapitre du taux de propriété par rapport au reste du Canada (61 % au Québec versus 72 % dans le reste du Canada). »

Voici les quatre mesures rapportées intégralement : Continuer la lecture

Mise de fonds exorbitante en Chine

(Ce billet est la suite du billet Le logement en Chine) Aucune possibilité de négocier pour l’achat d’une habitation en Chine. Le prix, souvent exorbitant, est défini d’avance. Propriétaires et promoteurs tiennent leur bout et préfèrent garder les logements vides au lieu de baisser les prix.

Comme nous l’avons déjà signalé sur ce blogue, l’une des conséquences est que des villes entières nouvellement construites sont désertes, les Chinois n’ayant pas les moyens de se payer le logement offert.

La mise de fonds pour acquérir une résidence oscille entre 30% et 50% de la somme totale pour un premier logement et jusqu’à 70% pour un deuxième logement.

Les auteurs du bouquin nous rappellent «qu’on n’est jamais propriétaire du bien qui est concédé pour une période établie sur l’acte de propriété et qui s’étend de 40 à 70 ans.»

iStockphoto
iStockphoto

Ce sont souvent les agences immobilières qui jouent le rôle de négociateur entre propriétaires et locataires, ces derniers disposant de peu de recours. Cela concerne la connexion à internet, la récupération d’une somme d’argent déposée en guise de dépôt ou même la recherche d’un logement. Dans les appartements huppés, c’est le propriétaire qui se charge de payer les frais de l’agence. Sinon, c’est vous et le montant équivaut à 35% du loyer mensuel. Qui a dit que le capitalisme était parfait? Continuer la lecture

Le cauchemar d’un locataire

Nous adorons notre logement. Cinq pièces bien éclairées, aucun bruit la nuit, circulation automobile restreinte, un parc de stationnement tellement grand qu’il est pratiquement vide. Le propriétaire est sympathique, les lieux sont bien entretenus et le loyer est inférieur à 500$ par mois. Une aubaine!

Nous avons deux bois magnifiques et une piste cyclable à deux minutes à pied. Je n’exagère pas. Deux minutes de marche et nous sommes rendus. Un bois est aménagé en sentiers, l’autre renferme une sablière et un ruisseau. Chaussures de course aux pieds, on se précipite dehors et on le choix : on tourne à droite ou à gauche selon notre humeur.

Savez-vous quoi? Même si nous sommes les meilleurs locataires du monde (là j’exagère!), le propriétaire peut refuser de reconduire notre bail. Pourquoi? Continuer la lecture