Archives pour l'étiquette légumes

Une cave naturelle pour les fruits et les légumes

Autrefois les fermiers entreposaient leurs légumes dans un espace souterrain au beau milieu d’un champ qu’on appelait le caveau. Pommes de terre, choux, carottes et autres produits du jardin prenaient le bord du caveau l’automne venu. Sinon, les légumes se retrouvaient sous la maison dans un endroit qu’on appelait la cave.

On risque peu de se tromper en affirmant qu’il existe toujours des caveaux et des caves naturelles au Québec. Suffirait de se promener dans un coin reculé de la campagne pour les dénicher.

Ces espaces souterrains ont un double avantage: ils restent frais l’été malgré les canicules et échappent aux gels terribles de l’hiver. Quiconque pénètre dans l’espace souterrain se retrouve dans un bain de fraîcheur et d’humidité, parfois avec comme seul éclairage la lumière du jour venant de la porte ouverte.

iStockphoto
iStockphoto

Continuer la lecture

Une cave naturelle pour les fruits et les légumes

Autrefois les fermiers entreposaient leurs légumes dans un espace souterrain au beau milieu d’un champ qu’on appelait le caveau. Pommes de terre, choux, carottes et autres produits du jardin prenaient le bord du caveau l’automne venu. Sinon, les légumes se retrouvaient sous la maison dans un endroit qu’on appelait la cave.

On risque peu de se tromper en affirmant qu’il existe toujours des caveaux et des caves naturelles au Québec. Suffirait de se promener dans un coin reculé de la campagne pour les dénicher.

Ces espaces souterrains ont un double avantage: ils restent frais l’été malgré les canicules et échappent aux gels terribles de l’hiver. Quiconque pénètre dans l’espace souterrain se retrouve dans un bain de fraîcheur et d’humidité, parfois avec comme seul éclairage la lumière du jour venant de la porte ouverte.

iStockphoto
iStockphoto

Continuer la lecture

Ennemis à abattre au potager

Lorsque mes enfants étaient petits, je m’étais amusée à confectionner un petit potager urbain. Comme je savais qu’ils iraient eux-mêmes y cueillir des collations, je tenais à ce que la culture soit biologique.

iStockphoto
iStockphoto

Je n’utilisais donc aucun agent chimique dans la fertilisation de la terre. Le compost était alors devenu un allié indéfectible dans ma vie. J’avais aussi découvert des informations précieuses concernant l’usage du bon compagnonnage des plantes dans le but de favoriser leur croissance et d’éloigner les insectes d’une manière naturelle.

Saviez-vous que l’odeur des fines herbes et des fleurs camouflent celle de certaines plantes et ainsi les protègent des insectes prédateurs?

Par exemple, j’avais planté du thym parmi les choux. Cela favorise l’éloignement des vers du chou. Continuer la lecture

Quand je serai grand, je voudrais être…

Source : iStockPhoto

Magicien ! Comme la personne qui fait pousser des légumes, des fruits, des fleurs, des herbes. C’est magique de les voir prendre forme. C’est l’excitation de la découverte. Et elle a le mérite d’apprendre aux enfants les vertus de la patience, de la persévérance et du respect de la nature. C’est un projet commun qui profitera à toute la famille !

Aussi, quel bonheur pour un enfant de pouvoir se salir de la tête aux pieds sans se faire gronder! Surtout si les parents ont prévu une tenue vestimentaire appropriée.

Vous manquez d’espace ? Il suffit de quelques pots sur votre balcon, un lot dans un jardin communautaire ou un petit espace de terre pour vous lancer dans cette aventure toute naturelle.

Continuer la lecture