Archives pour l'étiquette immeuble

iStock

Copropriété : un protecteur à vos côtés

Tout ce qui entoure la copropriété est souvent touffu, peu clair, compliqué. Trébucher est facile, car on cède à l’impatience, et on finit par signer trop vite. Le prix à payer est énorme, financièrement et juridiquement. Vaut mieux se faire accompagner durant les démarches, histoire de se mettre à l’abri de toutes mauvaises surprises.

C’est là qu’intervient l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ). Son équipe est à votre service. Vous pouvez compter sur elle en tout temps. Elle peut répondre à une variété de questions, exemple : «J’achète une copropriété, est-ce que je dois faire inspecter tout l’immeuble?» Son rôle est de vous renseigner pour que vous puissiez prendre la meilleure décision. De ce fait, l’OACIQ vous protège en prenant soin de bien vous informer.

De par sa mission, l’Organisme encadre les professionnels autorisés en administrant rigoureusement la Loi sur le courtage immobilier. Le courtier immobilier que vous avez en vue s’y connaît-il en matière de copropriétés? Maîtrise-t-il toutes les ficelles concernant l’achat, l’entretien, la gestion et la vente d’un condo?  Il est légitime de se poser ces questions et d’y exiger des réponses claires.

OACIQ
OACIQ

Sachez que tous les courtiers immobiliers et hypothécaires du Québec doivent compléter le Programme de formation continue mis en place par l’OACIQ. Parmi les formations proposées, bon nombre concernent justement la copropriété. Vous pouvez consulter le registre des professionnels autorisés par l’OACIQ sur le site web de l’Organisme, sous l’onglet Vérifier le dossier d’un courtier pour connaître le profil du courtier dont vous voulez retenir les services. Vous y découvrirez l’historique de son permis de pratique et un résumé des formations qu’il a suivies. Continuer la lecture

iStock

L’immeuble locatif résidentiel : un bon investissement ?

Quelles sont les premières questions à se poser lorsqu’on envisage l’acquisition d’un immeuble à revenus ?
D’abord, vais-je y habiter ou pas ? Si c’est 100 % locatif, d’un point de vue fiscal, on pourra soustraire de nos revenus toutes les dépenses courantes liées à l’immeuble. En revanche, si on est propriétaire occupant, seules les dépenses pour les logements en location seront déductibles. Par ailleurs, à la revente, la portion de l’immeuble que le propriétaire habite est exonérée de l’impôt sur le gain en capital. S’il est entièrement loué, l’ensemble du gain en capital est imposable.

De plus, quand on vise un immeuble précis, il faut consulter le rôle d’évaluation foncière pour s’assurer que le nombre de logements inscrit sur la fiche du courtier est exact. Si un sous-sol habitable est considéré comme un logement par la Ville, cela compte pour une porte de plus. Dans un tel cas, la mise de fonds exigée pourrait augmenter.

Justement, quelle est la mise de fonds requise pour ce type d’achat ?
Si on loue tous les logements, la mise de fonds minimale doit correspondre à 20 % du prix d’achat de l’immeuble.

Dans le cas d’un propriétaire occupant, une assurance prêt hypothécaire permet de réduire la mise de fonds à 5 % du prix d’achat dans le cas d’un duplex. Pour un triplex ou un quadruplex, c’est 10 % minimum.

Ces règles sont les mêmes pour toutes les institutions financières canadiennes. Continuer la lecture

Un immeuble tordu de haut en bas

Le dernier Championnat mondial de hockey junior s’est tenu à Malmö, troisième ville de la Suède. Gageons que la plupart des joueurs ont levé les yeux vers cet immeuble tordu de la base jusqu’au sommet. La torsion est si forte que le sommet est décalé de 90 degrés comparativement au sol.

Neuf cubes géants, déposés les uns sur les autres, sont à l’origine de la torsion. Chaque cube se compose de six étages et se trouve décalé par rapport aux autres cubes.

La Turning Torso est une tour d’habitation inaugurée en 2005. Nous sommes en présence du premier gratte-ciel de la Suède, et même de la Scandinavie, avec ses 190 mètres de hauteur.  Il s’agit du deuxième immeuble résidentiel en Europe en termes de taille.

iStockphoto
iStockphoto

Continuer la lecture

La Régie du logement publie ses estimations

La Régie dulogement a rendu publiques cette semaine les estimations moyennesd’augmentation de loyer établies en vertu du Règlement sur les critères defixation de loyer.

À partir de maintenant, propriétairesd’immeubles locatifs et locataires se pencheront sur ces estimations pourparvenir à un accord concernant une augmentation éventuelle du loyer. Cesestimations n’imposent aucun taux au marché.

« Les dépenses d’exploitation pour un immeuble pourraient justifier unevariation de loyer distincte de ces estimations » écrit la Régie dans lecommuniqué.

Voici le tableau des estimations sanségard aux variations de taxesmunicipales et scolaires, ni des améliorations majeures.

Logements chauffés

Estimation des augmentations

à l’électricité

0,6 %

au gaz

0,6 %

au mazout

2,7 %

Logements non chauffés

0,5 %

Si propriétaires et locataires nes’entendent pas, ils peuvent toujours consulter le formulaire Calcul 2011 / Comment s’entendre sur le loyer.

« Ce formulaire permet un calculplus précis du loyer en tenant compte de la variation des taxes municipales etscolaires, des améliorations majeures, ainsi que de l’ensemble des coûtsd’exploitation de l’immeuble », explique la Régie.

On peut se procurer le formulaireinteractif sur le site Internet de la Régie du logement à l’adresse http://www.rdl.gouv.qc.ca.Il sera aussi disponible sur papier au cours de la seconde semaine de février.

La Régie du logement ajoute :« Il est important de noter que des règles précises s’appliquent enmatière d’augmentation de loyer pour les logements locatifs. Ces règles ainsique les modèles d’avis d’augmentation de loyer et de réponse à un avisd’augmentation peuvent aussi être obtenus via le site Internet de la Régie dulogement. En outre, lorsqu’il y a fixation du loyer par le tribunal, le calculjudiciaire se fait à partir des dépenses d’exploitation de l’immeuble et nondes estimations moyennes. »

Info : 514 873-2245 (BAIL)pour les régions de Montréal, Longueuil et Laval.
1 800 683-2245 (BAIL) pour le reste de la province.