Archives pour l'étiquette Hötorgsskraporna

Les cinq trompettes de Stockholm

Les qualifier de gratte-ciel serait un brin prétentieux. Seulement 72 mètres de hauteur pour 18 étages. Leur design n’a rien de révolutionnaire et leurs sommets ne décoiffent personne. Alors, pourquoi intriguent-ils autant? Parce qu’ils sont mousquetaires dans l’âme. C’est «tous pour un et un pour tous!» Ces immeubles viennent en paquet de cinq, sinon ils ne viennent pas. Et il y a les rideaux aussi.

Le nom officiel de ce complexe immobilier est Hötorgsskraporna, ce qui se traduit par «les gratte-ciel de la place Hötorg», ou encore Höterget Buildings, mais les habitants de Stockholm les surnomment affectueusement les cinq trompettes.

Hötorgsskraporna de soir (son nom populaire) par Holger Ellgaard sur Wikipedia
Hötorgsskraporna de soir (son nom populaire) par Holger Ellgaard sur Wikipedia

Assoiffés de renouveau à l’époque, les autorités ont réaménagé un quartier au complet, détruisant des bâtiments historiques pour les remplacer par des édifices plus modernes. L’idée de créer des immeubles «frères» a surgi au sein de l’équipe. Restait à fixer le nombre.

Le chiffre quatre a été proposé. Un architecte s’est indigné : «À une femme, on offre cinq roses, pas quatre.» L’argument était de taille, puisque le chiffre cinq a finalement été retenu.

Lorsque les architectes suédois ont présenté le projet à l’administration municipale, l’adjoint du maire s’est laissé emporter par l’émotion. «Ce projet urbain évoque pour moi la puissance créative de l’Homme et sa foi en l’avenir, cinq accords majeurs, cinq coups de trompette dans une partition d’Haendel», a-t-il dit. Haendel est un compositeur de musique reconnu pour son emploi des cuivres.

Les cinq édifices émergeront de terre les uns après les autres entre 1952 et 1966. Observez bien les façades de chacun des immeubles. Cela peut vous sembler banal, mais c’était peu répandu à l’époque. Chacune des façades est un mur-rideau. Continuer la lecture