Archives pour l'étiquette Greenway House

Les maisons inspiraient Dame Agatha

Admirateurs et admiratrices de la dame du crime, avez-vous remarqué le nombre de titres des romans ou courtes histoires d’Agatha Christie portant le mot «maison»?

Photo Wikipedia d'Edwardx du 58 Sheffield Terrace, Kensington, London
Photo Wikipedia d’Edwardx du 58 Sheffield Terrace, Kensington, London

C’est assez surprenant. L’une de ses toutes premières histoires écrites s’appelait, semble-t-il, La maison de la beauté. Puis, il y a La maison biscornue, La maison du péril, La maison de Shiraz (l’un des romans préférés de l’auteure) et les autres.

Dame Agatha ne s’en cachait pas. La vue d’une maison faisait naître parfois dans sa tête le début d’une nouvelle histoire. Ce devait être une sensation fort agréable que de réussir à combiner deux passions: celle de l’écriture et celle de l’habitation.    Continuer la lecture

Les huit maisons d’Agatha Christie

iStockphoto
iStockphoto

On dit qu’elle est l’auteur le plus lu dans le monde, tout genre confondu. Donc, nombreux parmi vous doivent être les admirateurs et admiratrices de celle qui a créé les détectives Hercule Poirot et Miss Marple. Savez-vous qu’Agatha Christie nourrissait une passion folle pour les maisons?

À un moment de sa vie, elle était à la tête de huit résidences. Elle achetait des maisons délabrées à Londres, les retapait et les revendait, meubles inclus. Parfois, elle les louait ou les habitait avec son second mari.

Plus d’une fois elle a vu des maisons se construire dans sa tête si elle croisait un site idéal durant ses nombreux voyages.

Enfant, elle s’amusait à «construire des maisons avec des serviettes de bain drapées sur des chaises et des tables pour constituer des résidences dont nous émergions à quatre pattes», écrit-elle dans son autobiographie.

La petite Agatha adorait sa maison de poupée. Elle acheta tant de meubles qu’elle réclama une deuxième maison. Sa mère lui offrit un placard en guise de pièce d’agrandissement. Agatha plaça la première maison sous le placard, ce qui donna une résidence à six étages. Une fois par semaine, les personnages habitant la maison étaient appelés à déménager. Agatha adorait les déménagements.

Elle a vécu en appartement avec son premier mari. Elle a connu les affres de la pénurie de logement et des loyers trop élevés. Elle a passé un temps fou à éplucher les petites annonces dans les journaux.

Elle a connu la vie en banlieue, puis ce fut l’achat de la première maison. Il a fallu magasiner. Une corvée, vous dites? Pas du tout. La recherche d’une maison était l’un de ses passe-temps préférés. Continuer la lecture