Archives pour l'étiquette ferme

iStock

L’éolienne et la valeur de la maison

L’énergie du vent, c’est bien beau, mais les éoliennes dans un environnement, c’est loin d’être esthétique, clamait-on à l’arrivée de ces moulins à vent il y a plusieurs années. Aujourd’hui, les fabricants d’éoliennes domestiques tentent de leur donner un aspect plus agréable.

Puis, il y a eu la question du bruit. On trouvait ces engins terriblement bruyants. Avec raison peut-être. Je suppose que les fabricants doivent, là aussi, chercher à apporter des modifications.
Mais la question la plus importante était la suivante. La présence d’éoliennes dans l’environnement réduit-elle la valeur d’une propriété? Question légitime vu les deux problèmes évoqués ci-dessus.

Une étude dont l’échantillon comprenait des milliers de maisons et des fermes en Ontario est arrivée à la conclusion que, non, les éoliennes n’affectent pas la valeur d’une propriété. Si oui, les effets sont plutôt négligeables. Continuer la lecture

Tregny, France - Juillet 2013: Guédelon - reconstruction du château avec les mêmes techniques et matériaux utilisés au Moyen Âge. L'homme montre un croquis du résultat prévu en 2022 (traduction libre. Photo Rrrainbow iStock.com).

Belle histoire de réno

Pour avoir fréquenté le milieu de la construction pendant plusieurs mois, et avoir eu un père bricoleur, je sais que les travailleurs manuels aiment bien raconter leurs exploits entre eux. Des exploits et des anecdotes drôles. Ils les racontent comme les pêcheurs se racontent leurs histoires de pêche ou les chasseurs leurs histoires de chasse.

Je vois encore le vieux Bernard, ouvrier embauché par mon père pour l’aider à rénover notre maison, raconter ses propres histoires, une fesse posée sur l’une des marches de l’escalier, dans ce qu’on appelait toujours la «cave», devenue la veille un sous-sol.

L’autre jour à la bibliothèque, je suis tombé sur un titre accrocheur : J’ai rêvé d’un château. Je l’ai retourné et j’ai lu. L’auteur Michel Guyot raconte comment il en est venu à acheter des châteaux abandonnés ou en ruines pour ensuite les rénover. Continuer la lecture

L’architecte était un moine

J’y suis allé bien des fois quand mon fils était très jeune. On flânait une heure ou deux à l’intérieur de l’édifice et à l’extérieur.

Abbaye Saint-Benoit-du-lac (photo autorisée par l'Abbaye)
Abbaye Saint-Benoit-du-lac. L’aile hôtellerie est teintée en vert, au centre c’est l’église et à droite le monastère. (photo autorisée par l’Abbaye)

Je contemplais l’architecture et la déco, respirais le grand air et me laissais bercer par le chant des moines. Mon fils faisait tout ça lui aussi. Sauf que dans sa tête se déroulait une bataille de chevaliers. Ils s’affrontaient dans les couloirs du monastère, dans le réfectoire, à la fromagerie, dans le cloître, dans la tour, dans les chambres de l’hôtellerie, dans le bois environnant. Sans compter les envahisseurs qui arrivaient par bateau sur le lac Memphrémagog.

Associer le monastère à une bataille de chevaliers est un réflexe facilement compréhensible chez un enfant vu l’architecture un tantinet gothique du bâtiment. Ajoutez à cela les tourelles, les murs de pierre et le chant grégorien et vous avez tout pour jeter le feu dans l’imagination d’un enfant captivé par les chevaliers et les bâtiments du Moyen Âge.

L’abbaye de Saint-Benoît-du-Lac est l’un des joyaux du parc immobilier du Québec. Non seulement les lieux se prêtent à la méditation, mais l’édifice lui-même n’a pas son pareil dans notre province. Continuer la lecture

Les voisins se disputent depuis 26 ans

Un bien que l’on achète, ce n’est pas une propriété, mais ses voisins, disaient les paysans russes d’autrefois. Et cela tourne au vinaigre parfois.

iStockphoto LP
iStockphoto LP

«À Saint-Lambert, deux voisins se querellent depuis 26 ans au sujet d’une haie de cèdres  servant de frontière entre leurs propriétés. Vingt-six ans! Ils ont fréquenté les tribunaux à plusieurs reprises sans obtenir satisfaction. Et, en cette fin d’année, ils se retrouvent à nouveau devant le juge, entourés d’une batterie d’avocats officiant de part et d’autre de cette haie de la discorde.»

Incroyable n’est-ce pas? L’histoire a été rapportée dans les premiers jours de 2014 par Mario Roy, éditorialiste à la Presse jusqu’à tout récemment. L’éditorial portait sur la propension de l’être humain à créer des conflits, petits et grands.

En lisant des histoires pareilles, j’ai envie de m’écrier: Quel gaspillage d’énergie et de temps! De l’énergie et du temps qui ne seront jamais récupérés. Et nous n’avons qu’une seule vie à vivre!   Continuer la lecture