Archives pour l'étiquette Estrie

iStock

Des propriétaires chanceux

Depuis quelques semaines, le gouvernement Couillard arrose certaines régions du Québec de milliers de dollars afin d’aider les propriétaires aux revenus modestes à démarrer des travaux de rénovation qu’exige leur propriété, travaux qui frisent parfois l’urgence.

Récemment, l’Estrie se voyait octroyer un montant de 780 000 $. L’aide se répartit comme suit parmi les municipalités: Continuer la lecture

iStock

Déménager au gré de ses envies

«Dès que je peux, je vends la maison et je déménage dans le Bas-du-Fleuve ou en Gaspésie. Je n’ai pas de vue ici. Je suis tannée de ça.»

J’étais sonné. La femme que j’avais devant moi vit dans la maison de ses rêves. Elle l’a fait construire il y a moins de dix ans. Elle est située près du mont Orford, en Estrie.

Autrefois, elle avait acheté une maison dans un quartier de Sherbrooke. Comme elle avait un enfant, elle avait opté pour la ville. C’était plus commode, plus pratique.

Dès que l’enfant est devenu ado, elle a vendu la maison pour s’offrir la vie qu’elle désirait depuis longtemps: celle de vivre près de la forêt, au milieu des odeurs des sous-bois, près des oiseaux et des animaux, sans aucun voisin «achalant». Continuer la lecture

iStockphoto

Des visiteurs dans la cour

Dès les premières belles journées du printemps, chaudes de préférence, elle a poussé la porte arrière de sa maison, s’est assise sur les marches, a déposé son café et, peignoir sur le dos et gougounes aux pieds, elle a levé ses jumelles pour observer quelles espèces d’oiseaux venaient d’arriver du sud.

Depuis, elle épie les oiseaux du bois environnant tous les jours, publie régulièrement ses photos sur Facebook (oiseaux, plantes, fleurs, animaux, insectes), fait circuler des photos de collègues sur les réseaux sociaux, prête l’oreille pour identifier les oiseaux par leurs chants.

Ce sera comme ça jusqu’à l’automne. Et c’est comme ça depuis des années.

Je vous ai parlé d’elle l’an dernier. C’est une amie, habitant l’Estrie, celle qui s’est fait bâtir une maison à la campagne pour pouvoir observer les oiseaux à sa guise, sans le regard des voisins. Continuer la lecture

L’architecte était un moine

J’y suis allé bien des fois quand mon fils était très jeune. On flânait une heure ou deux à l’intérieur de l’édifice et à l’extérieur.

Abbaye Saint-Benoit-du-lac (photo autorisée par l'Abbaye)
Abbaye Saint-Benoit-du-lac. L’aile hôtellerie est teintée en vert, au centre c’est l’église et à droite le monastère. (photo autorisée par l’Abbaye)

Je contemplais l’architecture et la déco, respirais le grand air et me laissais bercer par le chant des moines. Mon fils faisait tout ça lui aussi. Sauf que dans sa tête se déroulait une bataille de chevaliers. Ils s’affrontaient dans les couloirs du monastère, dans le réfectoire, à la fromagerie, dans le cloître, dans la tour, dans les chambres de l’hôtellerie, dans le bois environnant. Sans compter les envahisseurs qui arrivaient par bateau sur le lac Memphrémagog.

Associer le monastère à une bataille de chevaliers est un réflexe facilement compréhensible chez un enfant vu l’architecture un tantinet gothique du bâtiment. Ajoutez à cela les tourelles, les murs de pierre et le chant grégorien et vous avez tout pour jeter le feu dans l’imagination d’un enfant captivé par les chevaliers et les bâtiments du Moyen Âge.

L’abbaye de Saint-Benoît-du-Lac est l’un des joyaux du parc immobilier du Québec. Non seulement les lieux se prêtent à la méditation, mais l’édifice lui-même n’a pas son pareil dans notre province. Continuer la lecture

Clin d’œil aux passionnés de l’immobilier

Eglise_Lac-Brome-UNCIVILFIRE-WIKIPEDIA-inusite
Église à Lac-Brome, photo Uncivifire sur Wikipédia

Me sachant un nomade dans l’âme à l’époque, mon patron m’avait offert en cadeau le bouquin Villages pittoresques du Québec. Comme l’indique le titre, l’auteur Yves Laframboise explore pour le lecteur les villages les plus inusités du Québec et lui revient avec une courte description de chacun d’eux et des photos magnifiques.

Le livre à la main, j’avais exploré les villages de la Montérégie et de l’Estrie. Des villages dont je n’avais jamais entendu parler: Knowlton, Way Mills, Moes River. Souvent, ce n’était que des hameaux.

C’est un livre tout indiqué pour les passionnés de l’immobilier car il leur montre des chemins menant à des petits bijoux d’architecture. Et parmi ces bijoux figurent des immeubles et des motifs décoratifs un brin inusités. Rien de comparable à ce que les fidèles de Casarazzi lisent sur le site douze mois par année, mais puisque ce sont les vacances et que plusieurs d’entre eux se lancent sur les routes, pourquoi ne pas joindre l’agréable à l’agréable en allant fouiner dans le creux des villages, le livre de Laframboise à la main?

Voici les sites qui m’ont le plus frappé. Évidemment, c’est très subjectif. Continuer la lecture