Archives pour l'étiquette endettement

Besoin d’argent pour une maison?

iStock
iStock

Le coût de la vie augmente plus vite que les salaires, les gens en général s’appauvrissent, les maisons coûtent les yeux de la tête, dans mon temps on avait plus d’argent, voilà le discours qu’on entend depuis des années et des années et des années.

Actuellement, le taux d’endettement des ménages atteint un niveau record au Canada. C’est la principale raison pour laquelle le ministre des Finances Bill Morneau a resserré l’accès à l’hypothèque et, par voie de conséquence, à la propriété.

Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada, l’institution qui dicte les taux d’intérêt, suit la situation de très près.

D’où vient ce taux d’endettement record? Les raisons sont multiples, on s’entend là-dessus, mais la plupart des gens reviennent avec le même refrain: les salaires n’augmentent pas tandis que le coût de la vie augmente.

C’est faux. Continuer la lecture

iStock

Vous l’aurez votre mise de fonds!

Lors d’une enquête de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) en 2013 au sein des jeunes âgés de 18 à 39 ans, 70 % des répondants avaient affirmé que la mise de fonds initiale, réclamée par les prêteurs avant de pouvoir bénéficier d’un prêt hypothécaire, était le plus gros obstacle dans leurs démarches pour acquérir une propriété.

Il n’y a pas de solution miracle pour parvenir à constituer la mise de fonds requise. La stratégie se résume essentiellement à trois mots: aide familiale, travail, épargne.

Concernant l’épargne, ce sont souvent les petits gestes du quotidien qui, après plusieurs années, contribuent à la constitution de la mise de fonds. Les couples économes en savent quelque chose.

L’aventure de l’épargne au quotidien vous tente? Continuer la lecture

L’hypothèque avant les restos

La Banque Manuvie du Canada a tenu un sondage sur l’endettement à l’échelle du pays, fin février 2015. Selon les résultats dévoilés fin juin:

  • Quatre propriétaires sur dix ont effectué un versement supplémentaire sur leur prêt hypothécaire dans la dernière année. Les titulaires d’un prêt hypothécaire ont remboursé en moyenne 6 300 $, l’année dernière; 18 % ont effectué un versement hypothécaire supplémentaire, 17 % ont augmenté le montant de leurs versements et 5 % ont fait les deux.

    iStockphoto
    iStockphoto
  • La dette hypothécaire moyenne des propriétaires de maison est de 190 000 $. Continuer la lecture

Les mesures Flaherty: peur et optimisme

L’annonce du ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, visant à modifier les règles du jeu concernant l’emprunt hypothécaire afin d’aider les Canadiens à combattre leur surendettement fait craindre le pire à l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec (APCHQ), soit un recul dans l’industrie de la construction.
«L’APCHQ comprend que le ministre ne souhaite pas encourager les ménages canadiens à se réendetter en se servant de la valeur de leur maison. Par contre, les restrictions quant à la période d’amortissement, fixée à un maximum de 25 ans au lieu de 30 ans, modifient les conditions d’accession à la propriété. Dans le marché de la construction résidentielle au Québec, 40 % des acheteurs de maisons neuves sont des premiers acheteurs. Étant auparavant davantage locataires, les Québécois sont aujourd’hui plus nombreux à acquérir une propriété. Ce phénomène s’accompagne d’un certain endettement qui vient hausser les statistiques. Toutefois, selon l’APCHQ, il ne s’agit pas nécessairement d’un endettement inquiétant pour le marché financier», soutient l’organisme dans un communiqué de presse.

L’APCHQ évoque la stabilité des taux d’intérêt comme pierre angulaire de son argumentation. Un taux prévisible qui aide les ménages canadiens à mieux planifier.

«Il faut se demander dans quelle mesure le fait de tenir à l’écart certains ménages peut avoir une incidence sur la stabilité du marché financier canadien, puisque cela entraînera nécessairement la diminution de l’activité économique dans l’industrie de la construction», ajoute l’organisme.

L’APCHQ rappelle que pour presque 60 % des premiers acheteurs, «la mise de fonds est constituée d’une épargne patiemment accumulée, alors que pour 25 % environ, c’est le régime d’accession à la propriété (RAP) qui a permis d’économiser le montant désiré. Dans 80 % des cas, les futurs propriétaires disposent de 10 % ou moins de mise de fonds. De plus, selon les statistiques de l’APCHQ, au moins le quart d’entre eux optent pour un amortissement de 30 ans.» Continuer la lecture