Archives pour l'étiquette conseils

iStock

Les attentes du client-vendeur

Qu’attend le client vendeur du courtier immobilier? D’abord, il veut des conseils sur le prix à fixer pour sa propriété. Ensuite, il compte s’appuyer sur un conseiller fiable et expérimenté. Ce conseiller, c’est évidemment le courtier.

Suivent dans l’ordre l’accompagnement durant les rondes de négociation, puis durant la mise en place d’une annonce efficace. Ces réponses sont tirées du site français Immobilier 2.0 qui s’est appuyé, pour les obtenir, sur une étude d’une soixantaine de pages de Zillow, leader américain dans l’industrie immobilière. Continuer la lecture

iStock

Pour des visites efficaces

Vous avez l’argent, vous avez effectué vos recherches et vous êtes sur le point de visiter vos premières propriétés en espérant acheter, cette année, la première maison de votre vie. Assurez-vous que ces visites soient efficaces. Voici quelques conseils.

  • Nous tenons pour acquis que vous avez défini vos besoins et vos priorités avant d’entreprendre vos premières visites. Ne faites pas l’erreur de les définir au fur et à mesure des visites. Sinon, vous allez perdre un temps précieux.
  • Inutile d’attendre la visite pour obtenir de l’information de base: âge de la maison, frais d’électricité, taxes, etc. Les sites internet des villes et des compagnies d’électricité donnent souvent ces informations. Les fiches du courtier immobilier aussi regorgent d’informations. Si la maison n’est pas inscrite sur le marché, un coup de fil ou un courriel au propriétaire suffit. Si vous craignez de paraître trop expéditif, dites-vous que le propriétaire de la maison sera peut-être bien content de procéder de la sorte. Il gagne du temps lui aussi.

Continuer la lecture

Portrait of young happy couple calculating budget

Vous souhaitez rembourser votre prêt hypothécaire plus rapidement?

Cinq conseils pour vous attaquer à votre dette.

Selon le Rapport BMO 2015 sur l’achat d’une propriété, le Canadien moyen s’attend à avoir remboursé son prêt hypothécaire à 59 ans, tandis que 31 % des personnes interrogées croient qu’elles auront encore un prêt hypothécaire à leur 65e anniversaire.Vous aimeriez vous débarrasser de votre dette plus rapidement, mais sans trop étirer votre budget? Vous pourriez ainsi économiser des centaines (voire des milliers) de dollars au bout du compte.

Le principal avantage consiste en l’économie de frais d’intérêts. Plus vous mettez de temps à rembourser votre prêt hypothécaire, plus vous paierez d’intérêts. Selon le rapport de BMO, en moyenne, les Canadiens croient qu’ils verseront environ 60 000 $ en intérêts pour leur prêt hypothécaire (cette somme grimpe à 100 000 $ pour les résidents de la Colombie-Britannique).

Conseil aux acheteurs d’une première maison : Vous êtes curieux de savoir comment fonctionnent les paiements hypothécaires? Tout dépend du montant que vous empruntez et de la durée du prêt. En fonction de ces facteurs, votre prêteur calcule votre barème des versements. Une partie de votre versement sert à couvrir les intérêts (le montant payé pour la somme empruntée) et l’autre partie sert à rembourser votre capital (le montant emprunté initialement dans le cadre du prêt hypothécaire). Au cours des premières années de votre prêt, la somme versée pour les intérêts peut être supérieure à celle allouée au capital et la situation s’inverse dans les dernières années. Calculez votre barème des versements potentiel avec notre sympathique calculateur hypothécaire. Continuer la lecture

iStock

Comment négocier l’achat d’une propriété


« Il n’y a jamais qu’un seul prix. À chaque propriété sont associés un prix plancher et un prix plafond », résume Patrick Juanéda, président de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ). D’un côté, le vendeur souhaite conclure une transaction en recevant le montant le plus près du prix plafond. De l’autre, l’acheteur désire débourser une somme se rapprochant du prix plancher. Deux solitudes inconciliables? Pas du tout. Il est tout à fait possible de trouver un terrain d’entente, et c’est ce que devrait faire une bonne négociation.

Cerner la bonne affaire

« Le prix est toujours négociable, dit M. Juanéda. On chiffre la marge de réduction moyenne entre 2 à 3 %. »

L’expert en immobilier insiste néanmoins sur le caractère unique de chaque situation : « Si une propriété est affichée au “bon prix” (près du prix plancher) et qu’elle est localisée dans un marché actif (celui des maisons unifamiliales autour de 300 000 $, par exemple), même une surenchère n’est pas impossible. Est-ce qu’on voudra perdre notre chance pour quelques milliers de dollars? »

Inversement, une propriété sur le marché depuis plus de six mois et autour de laquelle l’activité a été faible permettra une plus grande marge de manœuvre.

Identifier ces divers scénarios est donc la base de toute négociation. Un courtier immobilier qualifié a l’expérience et l’instinct pour guider un acheteur. Autrement, il faut avoir navigué dans les fiches de propriétés à vendre du secteur et en avoir visité plusieurs pour développer son flair. Continuer la lecture