Archives pour l'étiquette Chine

Mise de fonds exorbitante en Chine

(Ce billet est la suite du billet Le logement en Chine) Aucune possibilité de négocier pour l’achat d’une habitation en Chine. Le prix, souvent exorbitant, est défini d’avance. Propriétaires et promoteurs tiennent leur bout et préfèrent garder les logements vides au lieu de baisser les prix.

Comme nous l’avons déjà signalé sur ce blogue, l’une des conséquences est que des villes entières nouvellement construites sont désertes, les Chinois n’ayant pas les moyens de se payer le logement offert.

La mise de fonds pour acquérir une résidence oscille entre 30% et 50% de la somme totale pour un premier logement et jusqu’à 70% pour un deuxième logement.

Les auteurs du bouquin nous rappellent «qu’on n’est jamais propriétaire du bien qui est concédé pour une période établie sur l’acte de propriété et qui s’étend de 40 à 70 ans.»

iStockphoto
iStockphoto

Ce sont souvent les agences immobilières qui jouent le rôle de négociateur entre propriétaires et locataires, ces derniers disposant de peu de recours. Cela concerne la connexion à internet, la récupération d’une somme d’argent déposée en guise de dépôt ou même la recherche d’un logement. Dans les appartements huppés, c’est le propriétaire qui se charge de payer les frais de l’agence. Sinon, c’est vous et le montant équivaut à 35% du loyer mensuel. Qui a dit que le capitalisme était parfait? Continuer la lecture

Les femmes rebroussaient chemin

L’ancien journaliste disait détenir de l’info sur une très bonne histoire. Il avait fait des recherches et consulté des archives et, aujourd’hui, je ne sais toujours pas s’il a donné suite à son projet.
Il me racontait qu’à une certaine époque, un homme habitait une maison tout près du cimetière Notre-Dame-des-Neiges. En fait, l’homme était le gardien du cimetière. Il habitait le bâtiment situé à l’entrée. Je suppose que c’est la maison que l’on voit encore aujourd’hui.

Il arrivait à cet homme de passer des soirées au centre-ville. Parfois, il revenait chez lui avec des conquêtes féminines. La plupart du temps, lorsque la femme voyait l’endroit où habitait l’homme, elle tournait les talons. Pas question pour elle d’y passer la nuit ou peut-être même d’y mettre les pieds! Avec tous ces morts derrière? Jamais dans cent ans!

Et le pauvre homme en souffrait.    Continuer la lecture

Trop c’est trop!

Siège de la télévision d'État CCTV à Pékin appelé aussi Le pantalon. Photo: iStockphoto
Siège de la télévision d’État CCTV à Pékin appelé aussi Le pantalon. Photo: iStockphoto

Imaginez la scène: Stephen Harper se lève à la Chambre des communes et demande aux Canadiens de mettre un frein à la construction d’édifices aux formes bizarres. Trop, c’est trop, dit-il.
Cela ne risque pas d’arriver pour deux raisons. Stephen Harper n’est pas un dictateur et le Canada est un pays plutôt conservateur en matière d’architecture. Les immeubles aux formes grotesques ne courent pas les rues.
De toute façon, ce serait du délire. Une telle scène est impossible. Quel dirigeant oserait le faire? Et puis, quel pays au monde peut-il se targuer d’avoir sur son territoire un surplus de bâtiments à l’architecture étrange?
Nous avons la réponse: la Chine.
La scène s’est produite à la mi-octobre. Selon l’Agence France-Presse, le président chinois Xi Jinping a profité d’un discours devant une délégation d’artistes pour demander à ce que l’on mette fin à la multiplication de constructions bizarres en Chine. Continuer la lecture

Des bulles d’air en guise de peau

C’est le centre de natation le plus grand du monde, mais là n’est pas l’intérêt.  Plutôt fade le jour, le bâtiment se colore d’un bleu merveilleux la nuit. Voir la lune se refléter sur ce bleu de glace est en soi un spectacle, dit-on. C’est déjà suffisant pour considérer le bâtiment comme étant inusité, mais il y a plus.

Ce que vous avez sous les yeux appartient à une révolution en pleine accélération dans le domaine de la physique des bâtiments. Le pavillon américain d’Expo 67 à Montréal, aujourd’hui appelée la Biosphère, était un premier pas timide, tout comme la fameuse maison sur la cascade, œuvre de l’architecte américain Frank Lloyd Wright.

La révolution est celle de l’architecture organique. Le principe est simple: bâtir en s’inspirant des organes des êtres animés et de la nature en général. Cette révolution surfe sur les récentes découvertes scientifiques touchant les nanofibres, les textiles intelligents, les dérivés du plastique et autres matériaux.

iStockphoto LP
iStockphoto LP

Construit en vue des Jeux olympiques de 2008, le Centre national de natation de Pékin, également appelé Water Cube, bénéficie d’un revêtement extérieur qui, avec ses 3000 bulles d’air, imite en grande partie le fonctionnement de la peau de l’être humain.  L’exploitation du côté sensuel de la peau et de sa fonction autorégulatrice en matière de température et de pression est de plus en plus populaire auprès des architectes. Continuer la lecture

65 millions d’appartements vides

iStockphoto LP
iStockphoto LP

L’analyste financier Daniel Dupont de Fidelity déclarait récemment à la journaliste Stéphanie Grammond de Cyberpresse : « La construction dans le secteur de l’immobilier résidentiel a propulsé la Chine depuis 10 ans. Maintenant, on compte 65 millions d’appartements vides en Chine. Le prix des maisons équivaut à 10 fois le revenu familial brut. C’est un ratio qu’on a vu une seule fois dans l’histoire, soit au Japon au début des années 90.»

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Chinois vivent une tragédie immobilière au pays des dragons.

Que font les autorités pour la surmonter? Nous avons un début de réponse. Continuer la lecture