Archives pour l'étiquette bruit

Isoler à la façon écologique

On annonce un hiver typiquement québécois. Cela veut dire froid, tempête et humidité. L’isolation de votre propriété est-elle à revoir? Si oui, c’est l’occasion idéale d’effectuer votre premier geste écoresponsable. De plus, vos frais de chauffage diminueront.

iStock
iStock

Isolation signifie amélioration du confort, protection contre le bruit extérieur et économie d’énergie. D’où l’importance d’avoir un système d’isolation adéquat.

D’abord, quelques notions de base. L’air chaud ayant tendance à s’élever pour faire place à l’air froid qui se dirige vers le bas, l’isolation du toit est la priorité. Ne pas négliger la tuyauterie, même si cela semble anodin. Et se rappeler qu’un isolant judicieusement installé est un isolant qui ne présente aucune perte thermique, donc sans joints ni ouvertures.

Selon de nombreux experts, l’isolant écologique permet d’économiser davantage d’énergie que les laines minérales. La condensation d’humidité est moindre car l’isolant écologique respire beaucoup mieux. De plus, il irrite moins la peau lors de l’installation. Continuer la lecture

iStock

L’éolienne et la valeur de la maison

L’énergie du vent, c’est bien beau, mais les éoliennes dans un environnement, c’est loin d’être esthétique, clamait-on à l’arrivée de ces moulins à vent il y a plusieurs années. Aujourd’hui, les fabricants d’éoliennes domestiques tentent de leur donner un aspect plus agréable.

Puis, il y a eu la question du bruit. On trouvait ces engins terriblement bruyants. Avec raison peut-être. Je suppose que les fabricants doivent, là aussi, chercher à apporter des modifications.
Mais la question la plus importante était la suivante. La présence d’éoliennes dans l’environnement réduit-elle la valeur d’une propriété? Question légitime vu les deux problèmes évoqués ci-dessus.

Une étude dont l’échantillon comprenait des milliers de maisons et des fermes en Ontario est arrivée à la conclusion que, non, les éoliennes n’affectent pas la valeur d’une propriété. Si oui, les effets sont plutôt négligeables. Continuer la lecture

Du bruit, jour et nuit

Près de 100 000 Montréalais vivent dans un quartier où un bruit semblable à celui d’un sèche-cheveux se fait entendre, vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

iStockphoto
iStockphoto

«Dans l’ensemble de l’île de Montréal, le bruit ambiant extérieur oscillait entre 50,5 et 68,8 décibels (dBA) avec une moyenne de 58,3. Concrètement, 50 dBA équivalent au bruit d’une discussion à voix à peine plus basse que la normale, tandis que 68,8 dBA s’apparentent au son d’un sèche-cheveux», écrivait Martin Lasalle dans le journal Forum de l’Université de Montréal, en faisant référence à une recherche effectuée par un groupe de chercheurs sous la direction d’Audrey Smargiassi, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal.

Autre découverte: Continuer la lecture

Un espace de travail efficace

Vous en avez marre de votre bureau à la maison. Vous êtes souvent dérangé ou vous trouvez l’espace mal structuré. Vous avez décidé de consacrer une portion de vos vacances à rénover votre espace de travail, ou peut-être à le créer si vous venez de faire votre entrée dans la sphère des travailleurs autonomes.

La porte de votre bureau ne vous isole pas suffisamment? Il existe une solution draconienne: sortir le bureau de la maison. Beaucoup l’ont fait. Certains ont même rénové une chambre à proximité du logis familial, quitte à payer un loyer.

Pourquoi ne pas transformer le cabanon au fond du jardin en espace de travail? Ce fut l’option de l’auteur Roald Dahl (Charlie and the Chocolate Factory jouée par Johny Depp au cinéma) et celle de l’écrivain russe Anton Tchekhov qui avait aménagé un pavillon derrière sa propriété.

Sinon, il y a le garage. Certains travailleurs autonomes y aménagent leur bureau.

iStockphoto
iStockphoto

Solution moins radicale: ouvrir une porte extérieure tout en condamnant celle communiquant avec l’intérieur de la maison.

Il faut élargir l’espace entre vous et votre famille, vos amis, vos voisins, qui hésiteront à franchir la distance avant de venir vous importuner.

Si toutes ces idées vous rebutent, considérez l’espace sous les combles de la maison. L’endroit n’est pas à négliger. Les travailleurs autonomes se réfugient souvent au sous-sol. Pourtant, il est plus difficile de monter l’escalier que de le descendre. Votre entourage sera moins porté à vous déranger.

Si vous voulez conserver votre bureau actuel, ajoutez une séparation entre vous et votre entourage. Ce peut être un paravent, une cloison de verre ou même une bibliothèque couvrant le mur. Plus elle sera massive, plus elle sera efficace. Continuer la lecture

Voisins bruyants: solutions

iStockphoto
iStockphoto

Ayant lu notre billet Avant de craquer, insonorisez!, publié récemment, une lectrice du blogue nous demande: « Pourriez-vous me dire quelle est la meilleure méthode d’insonorisation en ce qui concerne non pas le son mais les bruits de pas? J’ai une locataire au-dessus de moi qui marche très fort. De plus, j’entends lorsqu’elle ferme ses portes d’armoires, etc. Étrangement, je n’entends pas sa télévision ou sa radio, mais j’entends son téléphone alors que sa voisine de palier se trouve être moins bruyante ou brusque et je ne l’entends presque pas. Mon mari me dit que l’insonorisation n’est bonne que pour le son de la voix, de la télé, etc., mais pas pour les bruits de claquement ou de pas lourds sur le plancher. Quelle serait la meilleure méthode d’insonorisation pour ma problématique? »

Voici notre réponse: Continuer la lecture