Archives pour l'étiquette bois

iStock

Savoir choisir son îlot de cuisine

Comptoir de préparation ou îlot central, ce meuble de la cuisine a depuis longtemps dépassé sa fonction pratique. Il est devenu partie intégrante de la décoration. Encore faut-il savoir s’y retrouver car les options sont nombreuses. Les voici.

À l’origine le comptoir était composé d’une base rudimentaire coiffé d’un plan de travail, c’est-à-dire la surface sur laquelle on prépare les repas. Puis, il est devenu un meuble multifonctionnel où s’intègrent plan de travail, évier, lave-vaisselle, cuisinière, petit frigo, plaque de cuisson, four, planche à découper intégrée et petite table servant de coin de repas.

Tout meuble est décoratif. L’îlot central n’y échappe pas. On croise parfois dans nos cuisines des îlots massifs en bois noble et ouvragé, munis de pattes esthétiques, garnis d’appliqués décoratifs, munis de panneaux grillagés ou en verre givré lorsque le meuble sert d’espaces de rangement. L’îlot est alors la vedette de la cuisine. Il attire les regards et s’impose au reste de la pièce. Continuer la lecture

Frais de copropriété au Québec

iStockphoto
iStockphoto

Quels sont en moyenne les frais de copropriété dans les grandes régions métropolitaines du Québec?

Quels sont les principaux facteurs qui les déterminent?

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) est partie à la chasse aux réponses. On vous les livre textuellement.

  • Les frais de copropriété moyens pour l’ensemble du Québec s’élèvent à 193 $ par mois.
  • Sur le plan géographique, la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal affiche les frais de copropriété les plus élevés, alors que les copropriétaires payent en moyenne 198 $ par mois. Ce résultat grimpe à 234 $ sur l’île de Montréal et varie entre 124 $ et 167 $ dans les autres secteurs de la région montréalaise.
  • Les RMR de Gatineau, de Québec et de Sherbrooke affichent des frais de copropriété mensuels moyens respectifs de 195 $, de 176 $ et de 152 $, tandis que les RMR de Trois-Rivières et de Saguenay sont les plus abordables, avec 117 $ et 101 $ par mois respectivement.

Continuer la lecture

iStock

Si vous aimez les meubles

Si vous nourrissez une passion folle pour les meubles et, qu’en plus, vous avez la fibre patriotique, les Week-ends visites libres présentent à partir de samedi une exposition consacrée aux meubles québécois et à leurs concepteurs.

Dix-sept fabricants du Québec exposeront leurs créations les 2-3 et 9-10 avril. C’est donc l’occasion d’admirer le génie québécois en matière de fabrication de meubles. Pour un avant-goût de l’exposition, vous pouvez visiter le site de l’AFMQ.

Dans le milieu, on déplore que les fabricants québécois et leurs produits ne soient pas davantage connus du grand public. Pourtant, ils sont bien présents comme le souligne Pierre Richard, président-directeur général de l’Association des fabricants de meubles du Québec (AFMQ): Continuer la lecture

Maisons rongées par un champignon

photo de Verber 31 sur Wikipedia CC
photo d’une jeune Mérule par Verber 31 sur Wikipedia CC

La maison de 155 ans avait été démolie en une heure seulement, à coups de pelle hydraulique, à Maskinongé. C’était la seule option valable. On avait songé à l’incendier pour éviter que les spores du champignon ne soient disséminées par le vent et ne s’attaquent à d’autres maisons, mais le ministère du Développement Durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) de l’époque avait refusé. La maison était considérée comme un vulgaire déchet et il est interdit de brûler des déchets à ciel ouvert.

La rumeur veut que la propriétaire ait eu juste le temps de s’enfuir avec son alliance et son sac à main. Pour le reste, il était trop tard, semble-t-il.

Pourquoi avoir voulu faire disparaître cette maison à tout prix de la surface terrestre? Parce qu’elle était contaminée par la mérule pleureuse, un champignon dévastateur au visage terrifiant. Continuer la lecture

Les vertus écologiques du bois

Le bois est le seul matériau entièrement renouvelable et capable de fixer le gaz carbonique, un atout non négligeable dans la lutte planétaire contre le réchauffement climatique.

Le bois est un être vivant, donc doué d’une grande capacité d’adaptation aux conditions du monde extérieur : lumière, chaleur, humidité.

En dépit de sa légèreté, le bois est résistant. Il vieillit bien, comme le bon vin, et traverser les siècles n’est pas une épreuve pour lui. Il compte donc parmi les matériaux les plus durables.

Vous voulez emprunter le virage écologique? Vous ne pouvez pas vous tromper avec le bois. Mais il faut un minimum de connaissances pour ne pas se laisser duper.

Le produit écologique idéal répond à quatre exigences: le matériau provient de la région que vous habitez, il est fabriqué à proximité, il est sain et durable et on peut le recycler. La réponse du bois à ces exigences est excellente.

iStock
iStock

Mais le monde écologique idéal n’existe pas encore. Pour le moment, il s’agit de s’efforcer d’être le plus écologique possible. À cela s’ajoute une variable assez importante : le budget. Si certains produits sont accessibles financièrement, d’autres le sont moins. Il en va de même pour le bois.

L’utilisation du bois est multiple: revêtement extérieur, charpente, ossature, parquet, lambris, meubles. Mais il faut se montrer prudent lorsque la décoration entre en jeu. L’acajou, le teck et l’ébène sont des bois formidables et hautement esthétiques, mais leur vertu écologique est moindre que l’érable ou le chêne car ils proviennent de l’extérieur du pays. Le pin, par contre, est recommandé. Continuer la lecture