Archives pour l'étiquette bois humide

Mérule pleureuse : c’est quoi au juste?

La mérule pleureuse fait beaucoup parler d’elle depuis l’an dernier. Elle frappe de plus en plus de propriétaires au Québec, dans plusieurs régions. Et elle ne frappe pas à moitié. Voici un portrait de la bête.

La mérule pleureuse est un champignon qui se nourrit de bois humide. Elle peut dormir à l’ombre pendant des années et des années, des décennies même, avant de se manifester. Elle croît surtout dans les maisons anciennes. Elle se déploie dans les endroits très humides et privés de lumière. D’où la nécessité d’aérer fréquemment l’habitation et de ne pas favoriser les zones d’ombre.

Enviro-option.com
Enviro-option.com

La mérule pleureuse se propage très rapidement à travers les structures d’une propriété. Parfois, le bois est si contaminé qu’il faut tout détruire. Le champignon peut aussi s’épanouir dans le carton. Continuer la lecture

iStock

Mérule pleureuse : elle se propage

La Société d’habitation du Québec (SHQ) avait prévu déposer le rapport du comité interministériel sur la mérule pleureuse en juin dernier. Nous sommes en septembre. Pendant ce temps, le champignon se propage. Et les propriétaires paniquent.

Enviro-option.com
Enviro-option.com

Le magazine Protégez-Vous consacrait un article à la mérule pleureuse dans l’édition du mois d’août. Article très intéressant et complet. Le titre : Le champignon maudit. On raconte le calvaire du couple Maxime Boivin et Marie-Hélène Cauchon, qui se sont résignés à démolir leur propriété. Des photos montrent la première apparition d’un champignon jusqu’au stade de l’envahissement.

Enviro-option.com
Enviro-option.com

Les experts consultés dans l’article affirment que le nombre de cas se multiplient au Québec. Gino de Champlain, de la firme Enviro-Option, déclare qu’il y a 10 ans, un dossier par année tombait sur les bureaux de l’organisme. Aujourd’hui, c’est un à deux cas par semaine. Est-ce le début d’une épidémie?   Continuer la lecture