Archives pour l'étiquette banlieue

iStock

Hypothèque: les nouvelles règles vous nuisent?

Le resserrement de l’accès à l’hypothèque a pris différentes formes ces derniers mois. Or, au Québec du moins, les transactions immobilières ne dérougissent pas. Le ralentissement prévu ne s’est pas produit, même si certains aspirants propriétaires se sont vus obligés de modifier leur stratégie.

L’automne dernier, les membres de l’Association nationale de l’industrie hypothécaire du Canada (ANIHC) ont rencontré plus de 50 députés et hauts fonctionnaires à l’intérieur de deux jours. L’objectif : sensibiliser les élus et administrateurs aux conséquences néfastes que pouvait provoquer un resserrement hypothécaire. Continuer la lecture

iStock

Qui prend maison prend quartier

Cela se produit souvent. Un propriétaire heureux de son acquisition finit par désenchanter. La propriété lui déplaît? Au contraire! Le problème, c’est le quartier, les voisins, les services publics. Avant l’achat, le propriétaire avait jugé inutile d’explorer le quartier. Danger!

Tout excité d’avoir trouvé la propriété désirée, on se dépêche à signer de peur de la perdre. De l’autre côté, le vendeur est bien content de vendre, surtout s’il a obtenu le prix qu’il voulait. Sans penser mal, il sera porté à exagérer les avantages. Aller au centre-ville de Montréal? Trente minutes (en réalité c’est le double). La station de métro la plus proche? Dix minutes à pied gros maximum (en autobus oui). Et ainsi de suite.

L’acheteur et le vendeur sont fébriles, ils coupent court, ils se créent des illusions. On veut croire ce qu’on veut croire. C’est normal. Continuer la lecture

L’arnaque du greenwashing

iStock.com
iStock.com

Les petites annonces servant à vendre des propriétés résidentielles nous font parfois sursauter.

Exemples: ce matin où les futurs propriétaires ont appris que des maisons rustiques étaient à vendre en Italie pour un seul euro (LaPresse/immobilier), ou en Indonésie où une femme s’engageait à épouser (LaPresse/insolite) le futur propriétaire de sa maison qu’elle avait mise en vente (pour la suite des deux histoires lire plus bas).

Là où ça devient dangereux, c’est lorsqu’une petite annonce est destinée à tromper l’aspirant propriétaire. Selon les experts d’Écohabitation, les gens à la recherche d’une maison écologique sont très ciblés par des entrepreneurs sans scrupules. Continuer la lecture

iStockphoto

Condos: ce n’est qu’un début

Non seulement le nombre de copropriétés non vendues est élevé au centre-ville de Montréal, mais il le sera davantage au cours des prochaines années, ont tranché les experts de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL).

iStockphoto
iStockphoto

Il y a débat depuis plusieurs mois chez les professionnels de l’immobilier dans la grande région de Montréal. D’un côté, on affirme que le marché finira par absorber le surplus de copropriétés; de l’autre, on croit que non. Geneviève Lapointe, analyste principale de marché à la SCHL, partage l’avis de ces derniers. La raison: trop de chantiers actuellement au centre-ville.    Continuer la lecture

Le Grand Montréal peut respirer

Je m’en souviens comme si c’était hier. Et plusieurs d’entre vous s’en souviendront également.

iStockphoto
iStockphoto

Dans les années 80 et 90, plusieurs experts annonçaient un pic pétrolier pour 2015. La demande allait excéder l’offre. La production mondiale ne suffirait plus. Le  prix à la pompe allait grimper de façon spectaculaire. Les déplacements en auto seraient devenus si exorbitants  que le transport en commun était appelé à connaître un essor sans précédent.

Du point de vue de l’immobilier, on voit tout de suite les conséquences. Les prix à la pompe étant trop élevés, beaucoup de nouveaux propriétaires se seraient tournés vers la ville pour l’achat de leur première maison. Les propriétaires déjà installés en banlieue auraient été tentés de quitter la banlieue pour la ville.

Résultat: les prix des propriétés allaient exploser au cœur et en périphérie des grandes villes. En banlieue, vu l’affaiblissement de la demande, c’est l’inverse qui se serait produit.  Montréal et les autres grandes villes étaient donc sur le point d’entrer dans une zone de turbulence. Continuer la lecture