Archives pour l'étiquette astuces

Hydro-Québec à votre rescousse

iStock
iStock

Grâce à ses compteurs de la nouvelle génération, Hydro-Québec offre la possibilité à ses abonnés du secteur résidentiel de vérifier, chaque jour, leur consommation d’électricité.

Pour l’abonné qui s’alarme devant ses factures galopantes en consommation d’énergie, ou pour celui qui aimerait bien vérifier l’impact direct des différentes astuces qu’il utilise pour diminuer le montant de ses factures, ce nouvel outil d’Hydro-Québec, appelé Portrait de ma consommation, devient un incontournable. Continuer la lecture

iStock

Moquettes et tapis écologiques

Des années 60 aux années 80, c’était la ruée vers les moquettes, ces fameux tapis mur à mur. Décoratives, chaudes, confortables, parfois moelleuses, elles avaient tout pour plaire. Les fibres synthétiques couvraient les planchers du Québec comme une traînée de poudre.

Devant la dégradation accélérée de l’environnement, les écologistes poussèrent les moquettes hors de nos maisons. Les raisons sont nombreuses.  La moquette est un agent hautement polluant, de la fabrication jusqu’à l’utilisation. Elle est non biodégradable, non durable, se recycle à peine, renferme de nombreuses substances chimiques toxiques et se nourrit de produits pétroliers.

Les spécialistes de la santé ajoutèrent leur grain de sel avec un argument béton: la moquette peut être dangereuse pour la santé. Elle attire vers elle tout ce qui navigue dans l’air: poussière, résidus chimiques, acariens, humidité et même les déchets de l’extérieur qui collent aux semelles. Sans compter qu’elle contient des composés organiques volatils (COV) et se transforme parfois en nids de microbes. Cela sonna le glas des moquettes. On en voit de moins en moins.

Les purs et durs ont essayé de ranger les tapis parmi les impies de l’environnement, en vain. Aujourd’hui, certains tapis sont entièrement faits de matières recyclables.   Continuer la lecture

iStock

Moquettes : savoir les installer

L’installation d’une moquette n’a rien de sorcier, qu’elle soit composée de matériaux synthétiques ou de fibres naturelles, mais il faut être excellent bricoleur pour être à la hauteur, se montrer patient et minutieux, posséder des outils spécifiques et se faire conseiller par un professionnel d’un centre de rénovation. Voici quand même des conseils d’ordre général:

-Si vous optez pour un revêtement de fibres naturelles, n’oubliez pas qu’elles doivent «tremper», deux jours minimum, dans l’air ambiant de la pièce qui les accueillera, le temps qu’elles s’acclimatent. Souvenez-vous qu’il s’agit de fibres végétales et non de matériaux synthétiques.

-Le jonc de mer convient parfaitement à la salle de bain car il a grandi dans l’eau, mais faites une croix sur le sisal qui craint l’humidité excessive. Par contre, son élégance le prédestine aux autres pièces de la maison. Continuer la lecture

Besoin d’un cuisiniste ?

Planifier les étapes dans la rénovation d’une cuisine se révèle une excellente stratégie si l’on veut éviter que l’expérience ne tourne au cauchemar.

Fixer le montant de l’investissement devrait être le premier réflexe. Il permet de mieux déterminer l’ampleur du projet.

Une question s’impose: on repart à neuf ou non? On fait tout disparaître ou pas?

Le soutien d’experts est toujours recommandé. Connaissez-vous les designer-cuisinistes souvent appelés cuisinistes ? Continuer la lecture