Archives pour l'étiquette achat

Détectez les vices d’un condo

La popularité du condo ne faiblit pas. La frénésie persiste. Il faut construire rapidement pour répondre à la demande. Attention, danger!

iStock
iStock

On ne le répète jamais assez. Lorsque vient le temps d’acheter une maison, il est préférable de la faire inspecter de fond en comble. S’il s’agit d’une copropriété, on dirait que le réflexe est moins prompt. Pourtant, nous avons maintes fois lu et entendu que des nouveaux propriétaires de condos ont eu de bien mauvaises surprises dans les mois ou les années suivant l’achat. Continuer la lecture

iStock

Comment acheter en groupe

Acheter une propriété à deux ou à plusieurs? C’est du domaine du possible. Mais l’expérience exige de la discipline.

Acheter une propriété conjointement avec un proche, que ce soit un ami ou un parent, représente souvent la solution idéale en ces temps où l’accès à la propriété semble vouloir se rétrécir comme une peau de chagrin. Les contraintes sont nombreuses: resserrement des règles hypothécaires, endettement record des ménages, difficultés à établir un budget.

La logique est mathématique. Plus on est plusieurs à contribuer financièrement, plus le fardeau financier de chacun est diminué. Par contre, comme dans n’importe quelle entreprise collective, il y a des risques. Il faut gérer un tas de choses: montant des contributions, distribution des tâches, tempérament de tous et de chacun.

Vaut mieux donc adopter un protocole non seulement pour parvenir au but ultime : l’achat d’une propriété, mais aussi pour que les relations entre toutes et tous ne soient pas trop égratignées.

Erica Nielsen, de l’institution bancaire RBC, vous offre des conseils afin de vous aider à faire de l’achat collectif un succès et non un gouffre à problèmes.

Nous vous les rapportons textuellement. Continuer la lecture

Besoin d’argent pour une maison?

iStock
iStock

Le coût de la vie augmente plus vite que les salaires, les gens en général s’appauvrissent, les maisons coûtent les yeux de la tête, dans mon temps on avait plus d’argent, voilà le discours qu’on entend depuis des années et des années et des années.

Actuellement, le taux d’endettement des ménages atteint un niveau record au Canada. C’est la principale raison pour laquelle le ministre des Finances Bill Morneau a resserré l’accès à l’hypothèque et, par voie de conséquence, à la propriété.

Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada, l’institution qui dicte les taux d’intérêt, suit la situation de très près.

D’où vient ce taux d’endettement record? Les raisons sont multiples, on s’entend là-dessus, mais la plupart des gens reviennent avec le même refrain: les salaires n’augmentent pas tandis que le coût de la vie augmente.

C’est faux. Continuer la lecture

iStock

L’éolienne et la valeur de la maison

L’énergie du vent, c’est bien beau, mais les éoliennes dans un environnement, c’est loin d’être esthétique, clamait-on à l’arrivée de ces moulins à vent il y a plusieurs années. Aujourd’hui, les fabricants d’éoliennes domestiques tentent de leur donner un aspect plus agréable.

Puis, il y a eu la question du bruit. On trouvait ces engins terriblement bruyants. Avec raison peut-être. Je suppose que les fabricants doivent, là aussi, chercher à apporter des modifications.
Mais la question la plus importante était la suivante. La présence d’éoliennes dans l’environnement réduit-elle la valeur d’une propriété? Question légitime vu les deux problèmes évoqués ci-dessus.

Une étude dont l’échantillon comprenait des milliers de maisons et des fermes en Ontario est arrivée à la conclusion que, non, les éoliennes n’affectent pas la valeur d’une propriété. Si oui, les effets sont plutôt négligeables. Continuer la lecture

Offensive contre la taxe de bienvenue

Séduites par les mesures annoncées par le gouvernement de l’Ontario pour favoriser l’accès à la propriété, la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) et l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) demandent au gouvernement Couillard de s’inspirer de la province voisine.

iStock
iStock

En Ontario, à partir du 1er janvier 2017, les premiers acheteurs n’auront plus à payer l’équivalent ontarien de la « taxe de bienvenue » sur la première tranche de 368 000 $, ce qui représente pour le premier acheteur une économie de 4 000 $, rapporte le communiqué de presse. Continuer la lecture