Sursaut dans les ventes résidentielles

Septembre fut un bon mois sur le marché de la revente, témoignent les plus récentes statistiques de l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).
Les ventes ont fait un bond de 2,7% par rapport au mois d’août. Le marché de Toronto a, une fois de plus, joué le rôle de locomotive. Fait à noter : jamais les ventes n’ont été aussi élevées depuis le resserrement apporté aux prêts hypothécaires par le gouvernement James Flaherty.

Si on écarte les variations saisonnières, les ventes réelles étaient de 11% plus élevées que celles de septembre 2010. Le nombre de maisons ayant fait l’objet d’une revente a grimpé de 1,2% comparativement aux neuf premiers mois de 2010. Une constante au cours des dix dernières années.

Source : iStockPhoto

Gary Morse, président de l’ACI : « Le marché canadien de l’habitation garde une lueur d’espoir dans le contexte d’un bilan économique mondial mitigé. Les taux hypothécaires favorables continuent à attirer les consommateurs sur le marché de l’habitation, tandis que le récent resserrement des règlements relatifs aux prêts hypothécaires donne les résultats escomptés. Cela dit, il arrive souvent que les tendances du marché résidentiel local divergent de celles du marché national. C’est pourquoi nous recommandons aux acheteurs et propriétaires-vendeurs de consulter un agent immobilier de leur localité afin de bien comprendre le comportement du marché dans leur région. »

Les nouveaux mandats de vente ont connu une hausse légère à Montréal au mois d’août. Côté inventaire, le temps d’écoulement à l’échelle nationale était de 6,1 mois, une statistique comparable à celle du mois d’août.

D’autre part, le prix moyen réel des maisons vendues tournait autour de  352 600 $, donc toujours éloigné du prix record atteint au début de 2011.

« On s’attend à ce que les taux d’intérêt demeurent bas pendant un certain temps encore, et tout porte à croire que les modifications apportées récemment aux règlements hypothécaires permettent d’éviter les excès qu’on avait prévus. Ce sont de bonnes nouvelles pour le marché de l’habitation», soutient Gregory Klump, économiste en chef de l’ACI.

Pour lire le communiqué dans son intégralité, on se dirige vers le site de l’association.
L’Association canadienne de l’immeuble (ACI) représente les intérêts de plus de 100 000 agents immobiliers,qui relèvent de plus de 100 chambres et associations immobilières.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone