Sursaut dans le marché de la revente

Le marché de la revente a connu une légère hausse au Canadadurant le mois d’août. C’est ce qui ressort du dernier rapport de l’Associationcanadienne de l’immeuble.

« Les ventes résidentielles désaisonnalisées, réaliséesà l’échelle nationale par l’entremise du système MLS® des chambres immobilièrescanadiennes, ont augmenté de 4,1% comparativement au mois précédent : lapremière hausse mensuelle depuis mars 2010 » lit-on dans le communiqué depresse.

Remarquez que la hausse, si légère soit-elle, s’est surtoutmanifestée en Colombie-Britannique et en Ontario.

« Les transactions conclues jusqu’à présent ontaugmenté de 2,2 p. 100 par rapport aux huit premiers mois de 2009, lit-on dansle communiqué Au cours des quatre derniers mois de 2010, l’activité, qui amonté en flèche au deuxième semestre de 2009, a atteint des niveaux qui serontprobablement inférieurs aux niveaux enregistrés précédemment. Par conséquent,les comparaisons établies de janvier à août accuseront un recul au cours desprochains mois. Compte tenu des ventes désaisonnalisées, les nouveaux mandatsrésidentiels inscrits au système MLS® ont également accusé une légère hausse de1,9 p. 100 en août, comparativement au mois précédent. Malgré la faible hausseenregistrée dans toutes les provinces sauf en Alberta, les nouveaux mandatssont toujours 16 p. 100 inférieurs au sommet atteint au pays en avril dernier. »

Le  prix moyen desmaisons vendues n’a pratiquement pas bougé. Il se situe à 324 928$.

« Sur douze mois, indique le communiqué, le prix moyena bondi ou est demeuré stable dans près des deux tiers des marchés locaux, maisles hausses s’avèrent moins significatives dans les marchés les plus actifs etles plus dispendieux.»

« La hausse des taux d’intérêt et le ralentissement prévu dela croissance de l’emploi signifient que le marché de l’habitation canadienfléchira davantage », signale le président de l’ACI, Georges Pahud. « On n’apas tenu compte de cette réalité dans la récente observation selon laquelled’autres modifications aux règlements apportées aux prêts hypothécairespourraient s’avérer nécessaires. Des règlements plus sévères pourraient nuireau marché de l’habitation canadien qui ralentit et miner la confiance desconsommateurs ».

Une autre façon de sonder le marché de la revente reste lenombre de mois qu’il faudra  pour écoulerles résidences à vendre actuellement. Où en étions-nous en août?

« Le nombre de mois d’inventaire désigne le nombre demois qu’il faudrait compter pour vendre l’inventaire actuel au taux de ventesactuel, lit-on dans le communiqué. Il permet de mesurer l’équilibre qui existeentre l’offre et la demande de logements. À la fin d’août 2010, l’inventaire sesituait à 6,9 mois à l’échelle nationale. Cela représente une légère baisse parrapport aux sept mois d’inventaire enregistré à la fin de juillet 2010.Au pays,le nombre de mois d’inventaire désaisonnalisé se situait également à 6,9 mois àla fin d’août. Cela représente un recul comparativement à 7,3 mois à la fin dejuillet, et la première chute mensuelle depuis novembre dernier. »

Pour avoir accès au communiqué en entier :www.crea.ca.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone