iStock

Soyez un propriétaire heureux!

Il y a le propriétaire grincheux qui a acheté sa maison à regret. Il y a celui qui répond par un haussement d’épaules à la question: «Heureux de ton acquisition?» Sa réplique: «C’aurait pu être pire.» Et il y a celui qui répond par un large sourire. Lequel d’entre eux voulez-vous être?

Le propriétaire heureux n’est pas nécessairement celui qui a obtenu tout ce qu’il voulait, bien au contraire! Il savait dès le départ que c’était impossible. Souvent, il a fait des compromis. Il a fait preuve de patience, de souplesse et d’un bon esprit d’analyse. Si une compétence lui manquait, il n’a pas hésité à aller la chercher là où elle se trouvait.

Le propriétaire heureux savait exactement ce qu’il voulait avant de se lancer dans les recherches. Futé comme il est, il s’était préparé un plan B et un plan C. Il ne voulait pas se faire prendre de court. Un compromis à faire? Il était prêt à l’assumer pleinement car il avait en tête sa liste des priorités.

Même s’il possédait une hypothèque préautorisée avant de se lancer dans les recherches, il avait quand même protégé ses arrières. Si jamais une opportunité se présentait, l’obligeant à débourser davantage que le montant prévu, il était prêt car il s’était informé de différentes sources de financement complémentaires, comme un prêt familial ou un avancement sur un héritage quelconque. De plus, il avait déjà identifié les dépenses où il se sentait à l’aise de sabrer si jamais l’opportunité l’exigeait.

Pendant les recherches, il évitait de tomber dans le négativisme. Au lieu de répéter: «Toutes les propriétés que je visite ont des défauts», il se disait: «Je fais un effort, je me demande comment améliorer corriger ces défauts et je me demande quels sont les avantages que cette propriété peut m’apporter.»

Dès la première rencontre avec le courtier immobilier, il avait mis les cartes sur table. Il avait été droit au but. «Énumérez-moi tout ce que vous pouvez faire pour moi, y compris ce à quoi je ne pense pas,» a-t-il dit. Ce faisant, il a exploré toutes les compétences qu’un courtier pouvait lui apporter. C’est du temps et de l’énergie gagnés.

S’il s’agissait de sa première propriété, il s’était informé de toutes les dépenses qui surgissent après l’achat: assurances, taxes foncières, taxe de bienvenue, premières rénovations à venir. Il avait fait inspecter la propriété par un professionnel pour déjouer tout vice caché. Bref, il a réduit au minimum les mauvaises surprises.

iStock
iStock

Le propriétaire heureux a acheté sa propriété en fonction de ses besoins. Épater la galerie ne figurait pas dans ses plans. C’était sa satisfaction avant tout.

Devenir propriétaire représente pour la plupart d’entre nous le plus gros sacrifice financier. Arrangeons-nous pour que l’acquisition dépasse largement la contrainte financière. Soyons des propriétaires heureux!

Photos : iStock.com

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page