Soyez plus malin que l’automne

L’hiver dernier a été incroyablement froid et long, le printemps trop court et l’été trop frais. Et voilà que l’été des Indiens est déjà derrière nous! Si vous supportez difficilement l’automne et l’hiver, j’imagine que l’arrivée imminente du mois d’octobre vous sape le moral.
Si le budget vous le permet, et le temps aussi, de menus travaux de rénovation ou quelques achats suffiront à revigorer l’intérieur de l’une de vos pièces en vue des saisons froides et grises.

Si vous n’avez ni l’un ni l’autre, c’est-à-dire ni le temps ni l’argent, ne déprimez surtout pas. Il y a toujours moment  d’égayer votre déco grâce à des changements anodins en apparence, mais efficaces.

Notre couvre-lit est de couleur crème. Ma conjointe l’adore. À l’approche de l’automne, je ne sais pas pourquoi, mais un petit édredon jaune citron, pour ne pas dire jaune serin, sort du coffre et s’étend sur le lit. Elle ne recouvre que les deux tiers du couvre-lit crème, mais l’effet est immédiat. La chambre à coucher s’illumine. Ce petit carré jaune tout modeste fait toute la différence.

iStockphoto
iStockphoto

Le jaune est la couleur vivifiante par excellence: un comptoir de cuisine peint en jaune, les tabourets également, un rideau ou un papier peint avec des motifs jaunes, des coussins, un abat-jour tubulaire au plafond, un simple jeté sur le lit. Vu récemment dans un bouquin: des chaises transparentes jaunes.

Nul besoin de peindre toute la pièce en jaune. Un seul mur ou une surface du mur suffira. Sans compter que le contraste du jaune avec d’autres couleurs comme le gris ou le vert forêt fait naître une impression de gaieté.

Rien ne bat le blanc pour plus de clarté, mais le jaune anime cette clarté. Même phénomène avec l’orange.

Ma conjointe et moi, nous avons travaillé l’été dernier dans un pavillon de l’Université de Montréal. Même si le temps s’assombrissait, la pièce que nous occupions restait toujours claire. La fenestration avait son mot à dire puisqu’elle occupait la moitié de la surface murale. Reste que le tissu orange vif d’un pan de mur, les boiseries au ton très clair et le gris pâle du sol jouaient un rôle non négligeable.

Le contraste de l’orange avec d’autres couleurs comme le blanc nacré, le bleu ou le blanc n’est pas à dédaigner.

Nous habitons actuellement dans une copropriété prêtée par des amis. Même si les murs sont principalement blancs, le brun reste la couleur dominante : escalier, armoires, portes, têtes de lit, meubles. Surtout le plancher de bois qui donne un effet massif.

J’ai déjà vu des logements plus sombres, mais je redoute quand même les jours de pluie, la baisse de la lumière du jour et les journées au ciel lourd de nuages.

Par contre, j’ai un allié. Sur le mur de la salle de séjour est accroché une magnifique photo laminée de Venise montée sur une toile. Je suis allé à Venise trois fois. Ce «tableau» me fait voyager chaque fois que je le regarde. Je revois canaux et palaces, je respire la mer, j’entends les gondoliers.

Vous avez sûrement une photo parmi vos souvenirs qui aura un effet identique sur vous.

Votre vaisselle est flamboyante? Pourquoi ne pas retirer les portes d’armoire pour égayer la cuisine. Vous trouvez un coin de votre refuge plutôt animé? Faite-le refléter dans un miroir. L’effet sera double.

iStockphoto
iStockphoto

Un seul changement ou ajout illumine parfois le décor: rideau, coussin, papier peint, lumière sous le lit, lustre amusant, paravent, napperons.

Le pire moment, ce sont les trois prochains mois. Une fois que la neige se dépose sur le sol et sur les arbres, c’est déjà plus clair.

Photo: iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone