Sous le charme des yeux de Sibiu

On dit souvent que les murs ont des oreilles. À Sibiu, ville de Roumanie, les toits ont des yeux. L’effet est si délirant qu’un paranoïaque en état de crise risque de s’affoler en se promenant dans les ruelles de la cité médiévale. Mais pourquoi les toits me regardent-ils, va-t-il s’écrier.

Observez bien la photo. Ne voyez-vous pas que le toit a sommeil? Ses paupières sont lourdes. Elles vont se fermer d’un moment à l’autre. Trop d’intempéries peut-être? Des siècles de pluie battante, de soleil ravageur, de gel et de dégel, c’est beaucoup pour un toit. Sans compter le poids de l’histoire qui s’accumule.

Yeux Toit Sibiu Roumanie ISTOCKPHOTO inusite
iStockphoto

Peut-être est-ce le contraire. Peut-être que ces toits tentent d’ouvrir les yeux depuis des siècles et n’y parviennent pas pour une raison obscure. Un Stephen King ou un Patrick Sénécal ne manqueraient pas d’y voir l’expression sournoise d’esprits maléfiques circulant dans les combles de ces demeures antiques tout en observant les allées et venues des Roumains et des touristes. Après tout, nous sommes en Transylvanie où, selon la croyance, sont issus Dracula et le vampirisme. D’ailleurs, le National Geographic décrit la région comme sauvage et mystérieuse.

Enfermées dans des lucarnes en forme d’amandes, ces fenêtres sont uniques au monde. On les appelle «les yeux de Sibiu». En roumain, on dit «ochiuri ale orasului». De passage récemment à Berlin, nous avons vu des yeux semblables sur les toits, mais beaucoup moins expressifs. Et en moins grand nombre.

Sibiu est une ancienne cité saxonne fondée dans les années 1100. La vieille ville est juchée au sommet d’une colline. Comme à Québec, il y a la haute ville et la basse ville. Les toits aux paupières lourdes sont situés dans la haute ville. Ils épient  l’humanité aux abords d’une grande place publique où, durant de nombreux siècles, se déroulaient des carnavals et des exécutions publiques. Cette place publique était au Moyen Âge un marché à grain.

Tout transpire le Moyen Age: architecture rustique, toits énormes, porches massifs, portes s’ouvrant sur des passages et des cours intérieures, des ruelles qui s’entrelacent. Quantité d’immeubles sont classés monuments historiques. L’architecture a subi les influences hongroise et allemande.

Le touriste croise également des édifices d’inspiration gothique. Ça fourmille de passages étroits et de fortifications datant des années 1100-1200. Des murs de briques atteignent une hauteur de dix mètres.

Entre nous, les yeux de Sibiu sont difficiles à battre au chapitre des attraits touristiques. Quel charme!

 

Références:

Roumanie, Bibliothèque du voyageur Gallimard, Paris, 2008, 384 pages,

Roumanie, National Geographic, collection Les guides de voyage, 271 pages.

Wikipedia (anglais et français) à l’article Sibiu

 

Photo: iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone