Sondage: on rénove? On achète?

Les intentions d’acheter une habitation ou de procéder à des rénovations ont diminué au cours du mois d’avril. Ce sont les conclusions du plus récent sondage de l’Association provinciale des constructeurs d’habitation du Québec, effectué entre le 1er et le 30 avril 2009. 

Une proportion de 3% des ménages québécois projette d’acheter une maison, un condo ou un chalet dans les douze prochains mois par rapport  à  6%  en mars, 2,8 % en février et 4,1 % en janvier. Les intentions d’achat sont de 5,4% chez les locataires, 4,9% chez les ménages de trois personnes et plus et 12,5% chez les moins de 30 ans.

Parmi ceux et celles qui projetaient d’acheter une maison dans la prochaine année, plus de la moitié n’avaient pas l’intention de procéder au cours des neufs prochains mois.

Lors du sondage précédent réalisé en mars, parmi les 6% de ménages québécois prévoyant acheter une maison au cours de la prochaine année, 42% avaient choisi une maison unifamiliale, 13 % pour un condo et 8 % pour une maison en rangée ou jumelée. Ces ménages comptaient dépenser 233 684$ en moyenne.

En ce qui a trait à la rénovation, 16,7 % des ménages québécois désirent rénover leur logement au cours des douze prochains mois, comparativement à 19% en mars et en février. Lors du sondage de mars, 52 % des ménages envisageant des rénovations voulaient faire appel à un entrepreneur, une baisse de 5% comparativement à février. Un ménage sur quatre n’avait aucune idée de la somme qu’il voulait dépenser. Les autres tournaient autour de 10 000$ en moyenne.

Les chiffres d’avril ont été obtenus au moyen d’un sondage téléphonique effectué auprès de 400 propriétaires de maisons de la région de Montréal par la firme Processus Marketing.  

L’APCHQ transige avec plus de 17 000 entreprises réparties en 16 bureaux régionaux. Les membres de l’Association réalisent 76 % des travaux en habitation au Québec. Seul agent négociateur patronal des relations de travail au résidentiel, elle représente les intérêts de quelque 13 000 employeurs et 50 000 travailleurs.

 

       

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone