Un sous-sol écologique

iStockphoto
iStockphoto

Les experts de la Société canadienne d’hypothèque et de logement ont un nouveau projet pour les rénovateurs: la transformation du sous-sol en un espace écologique. Voici leurs conseils livrés de façon intégrale:

Déterminez d’abord si votre sous-sol présente des problèmes notables d’humidité et apportez les correctifs nécessaires avant de démarrer la rénovation. Si le problème n’est pas corrigé, cette humidité finira sans doute par endommager, voir totalement dégrader, les matériaux et revêtements nouvellement mis en place et réduire peut-être à néant votre rénovation et votre investissement.

Pour prévenir les problèmes futurs d’humidité et contrer la prolifération de moisissures, utilisez des matériaux, des finitions et des surfaces résistant à l’humidité.
Pour rendre votre sous-sol plus efficace sur le plan énergétique et réduire votre facture mensuelle d’électricité, ajoutez de l’isolant aux murs, et, si possible, au sol. Isolez les canalisations d’eau chaude et d’eau froide qui sont exposées. Installez des appareils ménagers, des fenêtres et des appareils d’éclairage à haute efficacité, homologués ENERGY STARMD. Inspectez, équilibrez et scellez, le cas échéant, les conduits de l’installation à air pulsé.

Choisissez des matériaux et des produits de grande qualité, qui sont souples et durables et peuvent s’adapter à l’évolution de vos besoins ou de vos capacités à mesure que vous avancez en âge. Cela peut notamment consister à ajouter des éléments de renforcement autour du bain et de la cabine de douche de façon à pouvoir installer des barres d’appui. Le fait de prendre le temps de planifier les choses peut faire économiser beaucoup de temps et d’argent plus tard.

Pour vous assurer d’offrir à votre famille un environnement sain et sûr, faites inspecter votre sous-sol pour déterminer s’il y a des émissions de radon, de méthane ou d’autres gaz souterrains, de façon à apporter les correctifs nécessaires de façon plus économique dans le cadre de la rénovation. Assurez-vous d’avoir beaucoup de circulation d’air et de ventilation dans les pièces nouvellement aménagées. Choisissez des revêtements de sol, des armoires, des comptoirs, de la peinture, ainsi que des ciments, coulis et mastics à faible émission de polluants.

Réduisez l’empreinte écologique de votre rénovation en choisissant des produits recyclés ou des produits forestiers certifiés pour les planchers, les armoires, les carreaux de céramique, les plaques de plâtre et les menuiseries. Dans la mesure du possible, utilisez des produits et matériaux de provenance locale et nécessitant peu de traitement. Par ailleurs, décidez à l’avance où et comment vous allez réutiliser, recycler ou dûment éliminer les matériaux, armoires et autres éléments retirés ou dont vous voulez vous débarrasser.

Pour éviter de devoir reprendre les travaux, ce qui est coûteux, essayez de prévoir et d’apporter une solution à tout problème ou à toute préoccupation au début du projet. Pour accroître la durée de vie utile des aménagements effectués et en rendre le coût plus abordable, intégrez, à chaque fois que cela est possible, des caractéristiques qui assurent économie d’énergie, durabilité et économie d’eau. Le fait de choisir des éléments de facture classique et qui ne se démoderont pas au bout de quelques années peut également aider à réduire les coûts.

Pour en savoir davantage sur le Guide vert du rénovateur, publication en ligne de la SCHL, ou obtenir des réponses à toutes autres questions sur l’achat, la possession ou la rénovation d’une habitation, consultez le site Web www.schl.ca ou communiquez avec la SCHL au 1-800-668-2642.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone