Silence on vit

Pour la plupart d’entre nous, la vie c’est métro-boulot-dodo, comme le veut le dicton. Mais que fait-on lorsque notre quotidien, paisible et sans histoires, se fait bousculer par le vacarme d’un voisin? À Montréal, selon le site même du Service de police, la majorité des plaintes reçues dans les postes de quartier se rapporte aux bruits excessifs dans les immeubles.

Nous sommes conscients par ailleurs qu’il est logique que le problème du bruit excessif soit au premier rang des causes conflictuelles. Il faut en accepter les inconvénients. Reste que la tolérance a ses limites.

Les règlements municipaux varient d’une ville à l’autre mais le fond est le même: vous n’avez pas le droit de déranger vos voisins avec un bruit excessif et ce même si vous êtes chez vous. Un certain civisme est de mise.

Mais si j’entends les bruits de mon voisin comme s’il était dans la même pièce que moi, je fais quoi? Un jour viendra peut-être où les bâtiments auront un code de conduite à respecter sur l’insonorisation des immeubles.

Et pour le chien aboyant sans cesse, pour la chaîne stéréophonique et ses caissons de résonance, pour le rassemblement festif, pour le ton agressif d’une voix, pour le tapage, n’oubliez pas que vous avez des recours. Gardez en tête qu’il est inutile de s’alarmer et qu’il est toujours préférable de dialoguer avant d’entreprendre quoi que ce soit

Un rappel à respecter les règlements s’impose parfois.

Sachez que sur les baux de la Régie du logement il est stipulé que le propriétaire a l’obligation de procurer au locataire la jouissance paisible des lieux.

Quant au locataire, il est tenu de ne pas déranger les voisins et d’éviter le bruit. Quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit, un locataire n’a pas le droit de troubler la jouissance normale des autres locataires.
Nous disons locataires mais nous savons tous très bien que le bruit excessif affecte parfois les relations entre deux propriétaires de maisons. De la musique « Heavy Metal » et une symphonie de Beethoven poussée à fond ont le désavantage de déplacer beaucoup d’air.
Voici des exemples de bruits excessifs :

  • Télévision ou chaîne stéréo qui fonctionne à plein volume
  • Talons qui claquent dans toute la maison
  • Jeunes qui prennent les corridors pour une piste de course

Recours d’un locataire perturbé par le bruit

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone