S’éveiller au son d’une symphonie

Pour plusieurs personnes, c’est le temps de choisir leur nouveau chez soi. Avez-vous pensé à vérifier s’il y avait un ou des arbres près de vos fenêtres? Grâce à ces arbres, vous aurez droit à une symphonie de « pit pit pit ». Depuis plus d’une semaine, on s’éveille à la maiso avec le sourire. Et on se rendort peu de temps après avec le sourire en écoutant les mâles courtiser les femelles.

Les chanteurs de charme s’appellent Roselin, Quiscale, Chardonneret jaune, Geai bleu, Merle d’Amérique, le Cardinal… Le Quiscale a fait sont nid si près de notre fenêtre – dans les sorties de ventilation – que nous entendons ses bruissements d’ailes. Magique!

Chardonneret jaune Wdf Wikipedia

C’est une question de goût, direz-vous. Qui n’a pas entendu des gens pester contre le chant trop matinal des oiseaux. Certains ferment les fenêtres pour ne pas être dérangés. D’autres, plus agressifs, tuent les oiseaux. Il est vrai que les gens dépressifs dont les sens sont à fleur de peau se sentent agressés par tout ce qui bouge ou presque.

Les experts en psychologie cognitive croient que tout ce qu’on apprend peut se désapprendre et laisser place à de nouveaux apprentissages. Depuis plus d’un demi-siècle les recherches appuient cette croyance.

Ces précurseurs de la psychologie positive encouragent le développement de la reconnaissance et de l’intention positive derrière le comportement. Cela veut donc dire qu’on peut apprendre à aimer la symphonie des oiseaux. Tout est une question d’attitude.

Première étape : on sourit et on ouvre grandes les oreilles avec curiosité. On se met à la place d’un chef d’orchestre. On se concentre sur la symphonie en général pendant quelques minutes. Puis on tente d’identifier le chant d’un oiseau à la fois. Après, on se concentre sur le chant d’un seul bipède ailé. On écoute chaque note de l’enchaînement. Finalement, on se rendort ou on commence notre journée sur un bon pied.

Vous ne voudrez plus vous en passer. Il vous faudra toujours des arbres près de vos fenêtres. Ou à tout le moins d’une fenêtre.

Chez nous, l’arbre était situé près de la fenêtre dans la pièce réservée au bureau. Nous avons décidé de transposer la chambre à coucher dans cette pièce. Et nous nous sommes aperçus que la présence de l’arbre augmentait notre qualité de vie. Car en plus de nous assurer un réveil tout en musique, il sert d’écran contre le bruit. Depuis, on dort comme des bébés.

La morale de l’histoire : il est toujours important de considérer l’environnement extérieur avant de choisir la répartition de certaines pièces.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone